Ressources hydriques à Tipaza

Elwatan; le Dimanche 6 Janvier 2008
1

Les différentes réalisations enregistrées au niveau de la wilaya et celles à venir devront permettre
une meilleure alimentation en eau. En matière de ressources hydriques, la wilaya de Tipaza s’était engagée, depuis quatre ans déjà, dans la concrétisation d’un ambitieux programme pour booster le secteur.
Plusieurs objectifs étaient inscrits dans ce programme, dont l’augmentation des capacités de production afin de satisfaire les habitants en alimentation en eau potable (AEP), mais aussi pour l’irrigation les terres agricoles et satisfaire les demandes des entreprises économiques. Le résultat de ces efforts devrait être perceptible, théoriquement, à partir de 2010. Cependant, le seul problème qui reste posé demeure, malheureusement, l’anarchie qui règne dans la gestion de ce précieux liquide vital pour le développement économique et social. Les réseaux d’irrigation des terres agricoles et de l’AEP, s’ils ne sont pas vétustes, font l’objet d’agressions entraînant par conséquent des fuites et des gaspillages.
Les citoyens n’hésitent pas à montrer du doigt l’ADE et les APC pour dénoncer les défaillances. La wilaya de Tipaza compte 10 champs de captage qui débitent quotidiennement 65 300 m3 d’eau afin d’alimenter les agglomérations. Un barrage d’une capacité de 125 hm3 est en voie de construction sud à 8 km de la localité côtière de Damous, à l’extrémité ouest de la wilaya. Les citoyens de cette région profiteront de l’apport de ce barrage d’un volume annuel de 2,68 hm3 en AEP. Par ailleurs, les habitants de l’extrême est de la wilaya de Chlef (35,36 hm3) et une partie du sud de la wilaya de Aïn Defla ( 5,77 hm3) seront également alimentés en eau potable à partir du barrage de Kef-Eddir.
Cet ouvrage du secteur de l’hydraulique s’ajoute à celui de Boukourdane (Sidi Amar) d’une capacité de 100 hm3, achevé et opérationnel depuis la fin des années 1990. En plus de ces deux barrages et des dix champs de captage, la réalisation de deux importantes stations de dessalement d’eau de mer, à Gouraya et à Douaouda, contribuera sans nul doute à augmenter les capacités en AEP, grâce à un apport en eau, respectivement de 100 000 m3/ jour et 60 000 m3/ jour. Ces investissements s’ajouteront à ceux consacrés à la réalisation des stations d’épuration des eaux usées, qui produiront un volume d’eau conséquent, afin que cette quantité d’eau soit réutilisée par les secteurs de l’agriculture et de l’industrie après son traitement. «Avec toutes ces potentialités, je me demande ce qui manque à la wilaya de Tipaza pour enregistrer incessamment un boom dans le secteur du tourisme», lancera Abdelmalek Sellal aux autorités locales, lors de sa visite de travail effectuée en ce début du mois de janvier.

Categorie(s): actu régions

Auteur(s): M'hamed H.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..