Séminaire sur la santé mentale à Tizi Ouzou : 1% des algériens sont schizophrènes

Elwatan; le Samedi 21 Mars 2009
30406

La schizophrénie est une psychose délirante chronique qui se manifeste par la désintégration de la personnalité et par la perte du contact avec la réalité. Elle touche surtout les jeunes.
Des études estiment à 300 000 le nombre d’Algériens qui souffrent de cette lourde maladie soit quelque 1 % de la population totale. Près de 60% des lits d’hôpitaux sont occupés par des patients présentant cette pathologie mentale. Une enquête épidémiologique menée à l’hôpital Drid Hocine d’Alger en 2008 fait ressortir que sur 572 malades hospitalisés, 267 sont schizophrènes soit un taux de 47 %. 90% des cas examinés ont entre 20 et 49 ans, dont 1/3 sont des femmes. Les résultats de cette expertise ont été communiqués par le Dr Adja lors de la 9e Journée internationale de psychiatrie ayant pour thème «L’actualité sur la schizophrénie», qui s’est déroulée jeudi dernier à l’hôpital psychiatrique de Oued Aïssi (Tizi Ouzou). La plupart des sujets sondés par cette étude rétrospective vivent dans des situations sociales exécrables (chômage, déperdition scolaire, problème de logement..) et 52 % disent avoir des problèmes familiaux. De multiples facteurs psychosociaux et biologiques sont à l’origine de cette maladie mentale qui touche toutes les régions et que d’aucuns qualifient de criminogène. A Tizi Ouzou, le nombre de malades ne cesse d’augmenter.

Selon le Dr Ziri, président du comité d’organisation de ces journées, 80 % des cas consultés au service des urgences de l’Etablissement hospitalier spécialisé en psychiatrie (EHS) Fernène Hanafi de Oued Aïssi sont schizophrènes. Ils viennent de Bouira, Béjaïa, Boumerdès, Alger ainsi que de Tizi Ouzou. Sur un autre chapitre, ce psychiatre déplore le fait que beaucoup de malades notamment les femmes sont «cachés» par leur famille pendant des années, par tabou ou par ignorance, croyant sans doute que la maladie est incurable. L’orateur relève d’autre part l’inexistence d’un véritable service de psychiatrie et de centres de santé mentale. En outre, il est fait état de «l’absence quasi-totale d’une politique de prévention du suicide, des tentatives de suicide et de la toxicomanie». D’autres intervenants ont relevé la saturation des services de psychiatrie, le manque de personnel spécialisé et à la mauvaise prise en charge du malade.

En effet, il est difficile de nos jours de «décrocher» un lit d’hôpital pour un malade. Une grande wilaya comme Tizi Ouzou ne dispose que de 22 psychiatres privés pour une population de 1,3 million d’habitants. La rareté dans les officines du pays de certains psychotropes vitaux pose également problème. Le «générique» est inefficace et les médicaments d’importation sont onéreux.
Les praticiens tirent la sonnette d’alarme quant à l’impérieuse nécessité de mettre en place un véritable plan de prise en charge des maladies mentales. Une étude suisse sur la santé mentale dans le monde, publiée en 2007, révèle que 2 millions d’algériens nécessitent des soins psychiatriques. Des chercheurs américains estiment, pour leur part, la population souffrant de ces pathologies dans notre pays entre 10 et 12 %.

Categorie(s): actu kabylie

Auteur(s): Ahcène Tahraoui

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..