Tata Motors négocie avec Ford la vente de Jaguar et de Land Rover : L'Inde dans la cour des grands de l'automobile

Elwatan; le Samedi 5 Janvier 2008
24486

La décision de Ford de retenir le groupe indien Tata Motors comme interlocuteur privilégié pour la vente des célèbres marques automobiles Jaguar et Land Rover montre la volonté de l'Inde de devenir un acteur de premier plan sur le marché automobile mondial.
De fait, avec ces deux marques de prestige, Tata pourrait faire un énorme bond technologique et économiser des années de recherche et développement, selon les analystes, hier. Le constructeur automobile américain a annoncé jeudi être entré en «discussion détaillée» avec Tata Motors, l'un des bras du tentaculaire groupe indien Tata, présent dans des secteurs aussi variés que le thé ou l'acier. «Etant donné les ambitions globales de Tata, cet achat est tout à fait censé», selon Chirag Shah, analyste chez Emkay Securities. «S’ils veulent évoluer au niveau de Volkswagen ou Audi, ils ont besoin de ce genre d'investissements», a-t-il insisté. «Actuellement, les constructeurs automobiles indiens n'ont pas les capacités technologiques pour concurrencer ces entreprises, ils gagneraient un temps considérable en achetant ce type de marque.» Une telle opération serait un coup de maître pour cette entreprise familiale après l'achat, dans le secteur de la sidérurgie, du britannique Corus (ex-British Steel) début 2007 pour 13,7 milliards de dollars. Ratan Tata, directeur exécutif du groupe, 70 ans, a toujours voulu faire de l'entreprise familiale un acteur global, et il avait affirmé depuis longtemps que celle-ci allait «étendre ses ailes bien au-delà de l'Inde». Dans un communiqué récent, rappelle l'AFP qui a rapporté l'information, M. Tata a espéré que la transaction avec Ford aboutisse dans les prochaines semaines, tout en reconnaissant que les discussions seront complexes. Selon des annonces de presse, les offres faites pour l'instant vont de 1,5 milliard à 2 milliards de dollars, soit 1 à 1,4 milliard d'euros. Tata a un besoin urgent de nouvelles technologies pour faire face à la concurrence de constructeurs étrangers comme General Motors et Renault, qui ont fait de lourds investissements en Inde, afin de s'implanter sur un marché local en rapide développement. Tata Motors, premier constructeur indien de camions, s'est lancé dans la production automobile il y a neuf ans, avec son deux portes break Indica. Ce modèle est le seul à avoir été conçu par l'entreprise jusqu'à ce jour, tous ses autres produits étant en fait des dérivés de ce Indica. Le titre Tata Motors était en hausse de 3,75 points, soit 0,47%, à 798 roupies, vendredi après-midi, après l'annonce de Ford. Selon les analystes, une reprise de Jaguar et Land Rover interviendrait au bon moment pour Tata, les investissements massifs de Ford dans ces deux marques commençant à porter leurs fruits.

Categorie(s): dernière

Auteur(s): Aniss Z.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..