Tissemsilt : Les Dhouaflia dans un isolement moyenâgeux

Elwatan; le Samedi 9 Avril 2011
1


 
Dhouaflia est un douar du sud-ouest du chef-lieu de la commune de Tamellahet. Le visiteur du douar sera immédiatement saisi par un isolement sérieusement accablant, par l’absence de toutes commodités d’une vie décente et par la lassitude des jeunes oisifs qui s’adossent aux troncs d’arbres au niveau des quatre coins du douar. Selon A.Salah, un quinquagénaire de la localité, le problème qui a rendu le processus du développement local quasiment nul est celui du mauvais état de l’unique piste qui lie Dhouaflia au chef-lieu de la commune de Tamellahet à une distance de 12 km.

«Outre les maladies qui deviennent souvent fatales faute de n’avoir pas été traitées à temps, le sous- développement sous toutes ses formes, l’état de cette piste, nous rendent la vie diaboliquement chère où le sac de semoule de 25 kg nous revient à 1500 DA au lieu de 800 DA, la bonbonne du gaz butane à 500 DA et tout le reste des produits à large consommation au triple ou au quadruple de leur prix. Nous en avons vraiment assez de supporter une telle vie misérable et follement préjudiciable», se lamente un octogénaire. A cause de cette piste, plusieurs citoyens n’ont pas tiré profit du programme des logements ruraux à cause de la cherté vertigineuse des matériaux de construction au point où le sac de ciment culmine à 800 DA et la brique à 30 DA l’unité.

«Au moment où la folie meurtrière des terroristes se hâtait inhumainement de semer la terreur, nous avions pris volontairement les armes pour délivrer la région de cette aveugle barbarie sans avoir eu l’idée de quitter le douar. Malheureusement nous voici en train de croupir sous le silence et l’indifférence des responsables locaux. A l’ère où le monde est  devenu un village, dans notre douar macabre, nous continuons à vivre le calvaire au point où il existe encore des femmes qui accouchent à mi-chemin vers l’hôpital sur le dos de leurs maris, comme c’était le cas du petit Saïd qui a vu le monde sur le dos de son père», s’indigne une foule d’habitants.
                         

Categorie(s): actu ouest

Auteur(s): Boudiaf El Hadj

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..