Une biscuiterie en difficulté à El Bouni (Annaba) : Risque de fermeture pour manque de matière première

Elwatan; le Samedi 31 Octobre 2015
98970


Dénoncée souvent par les opérateurs économiques algériens, la bureaucratie bancaire semble agir au contraire des leitmotivs appelant à booster l’économie algérienne en général et locale en particulier. En effet, une biscuiterie implantée dans la commune d’El Bouni (Annaba) risque de fermer ses portes par manque de matière première, dont le fournisseur européen refuse de l’approvisionner pour absence de paiement.

Selon le propriétaire de l’usine qui a pris attache avec notre rédaction: «le service étranger de ma banque BNA m’a signifié que le transfert libre par débit de mon compte de la somme de 32 050 euros n’a pas été effectué depuis le 20 septembre dernier. Ce qui a poussé mon fournisseur en Espagne à bloquer l’approvisionnement de mon usine en matière première. Les stocks étant épuisés, dans une semaine je serai obligé de fermer mon usine qui emploie plusieurs travailleurs».

Une situation que confirment deux avis de débits, cachetés par l’agence en question, dont un d’une somme de 2125 euros a été effectué à la même date. Pour comprendre cette situation, nous avons fait le déplacement avec le concerné à l’agence BNA n°482. Au service étranger, l’agent confirme cette situation arguant que la dévaluation du dinar au cours de cette période en est la cause. Avant de décliner notre profession, la même source affirme avoir contacté par e-mail, à plusieurs reprises, la direction générale sans que cette dernière ne daigne lui répondre.

A la question pourquoi la banque a effectué l’opération pour un petit montant (2125 euros) et bloque le plus important (32050 euros), sachant que la demande a été effectuée la même journée et avec le même taux de change, la même source répond après avoir su qu’il est interrogé officiellement par El Watan: «C’est un secret bancaire que je ne saurai le divulguer. Allez y voir avec le directeur régional, seul habilité à vous expliquer cette situation». Contacté, le directeur régional n’était pas disponible. «Il est en réunion avec les cadres de la banque», nous a répondu sa secrétaire.

Ainsi, cette situation contraignante pour l’économie locale renseigne sur l’application des dispositions gouvernementales visant à encourager les investissements en Algérie. «Je ne vais pas rester à tourner les pouces en attendant le bon gré de ma banque. Pour débloquer cette situation, le directeur régional a également saisi sa tutelle par plusieurs email mais en vain.

Je vais faire le change parallèle pour payer mon fournisseur et éviter la fermeture de mon usine», déplore Amara Hadjadji, le propriétaire. Force est de rappeler que la Banque Mondiale a publié, mercredi 28 octobre, son rapport «Doing Busines 2016» sur l’environnement des affaires dans le monde où l’Algérie a été classée à la 163ème place sur 189 économies à travers le monde.
 

Categorie(s): annaba

Auteur(s): Gaidi Mohamed Faouzi

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..