Une liste de 30 médicaments pour sauver la mère et l’enfant

Elwatan; le Dimanche 10 Avril 2011
1


Cette liste a été compilée par des experts en santé de la mère et de l’enfant et en pharmacologie, qui ont analysé la liste des médicaments essentiels et les dernières lignes directrices thérapeutiques de l’OMS, afin de déterminer quels médicaments  permettraient de sauver le plus grand nombre de vies, selon l’organisation onusienne. «L’accès à des médicaments appropriés est vital pour parvenir aux objectifs mondiaux en matière de santé et pour réaliser les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD)», a souligné l’OMS, qui précise que plus de huit millions d’enfants âgés de moins de cinq ans meurent chaque année de maladies telles que la pneumonie, la diarrhée et le paludisme. L’OMS informe que chaque jour 1000 femmes décèdent du fait de complications liées à la grossesse et à l’accouchement.

«La majorité de ces décès a lieu dans les pays en développement, et la plupart pourraient être évités si les bons médicaments  étaient disponibles, prescrits et utilisés correctement». Les médicaments figurant sur la liste destinée aux mères sont censés prévenir l’accouchement avant terme et traiter les hémorragies, ou saignements importants, l’infection, l’hypertension artérielle et les infections sexuellement transmissibles. Selon l’OMS, la pneumonie tue chaque année 1,6 million d’enfants âgés de moins de cinq ans. Pourtant, insiste-t-elle, la recherche a démontré qu’un traitement au moyen de simples antibiotiques pouvait éviter jusqu’à 600 000 décès. Des études menées dans 14 pays africains ont démontré, indique l’OMS, que les médicaments à usage pédiatrique ne sont disponibles que dans 25 à 50% des pharmacies centrales et points de vente de médicaments, publics ou privés.  

Dans les pays en développement, la disponibilité des médicaments pour  la santé de la mère et de l’enfant est compromise par la faiblesse des systèmes  d’approvisionnement et de distribution, le nombre insuffisant d’ établissements  sanitaires et des personnels, le manque d’investissement dans la santé et le coût élevé des médicaments. L’OMS recommande, dans son communiqué, que partout où cela est possible, les médicaments à usage pédiatrique soient fournis sous une forme facile à mesurer et facile à prendre pour les enfants.

 

Categorie(s): santé

Auteur(s): Djamila Kourta

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..