Valorisation des produits agricoles : cette labellisation qui tarde à venir

Elwatan; le Lundi 7 Janvier 2013
1


Sous prétexte d’insuffisances qualitatives, le produit agricole algérien peine à franchir les frontières nationales si ce n’est dans le cadre de transferts illégaux menés par les réseaux de contrebande. Mais, pour une exportation en bonne et due forme, le produit agricole algérien accuse des retards énormes comparativement au produit marocain ou tunisien. C’est le cas notamment sur le marché européen qui reste hostile au produit algérien au nom des «normes sanitaires».

D’ailleurs, c’est dans l’objectif d’améliorer la qualité du produit agricole local que des partenariats ont été tissés avec des organismes spécialisés européens afin d’accompagner les producteurs algériens dans l’amélioration de leur produit et la modernisation de leurs moyens de production. Cette volonté a été réitérée en décembre dernier à la faveur d’un séminaire organisé conjointement par le ministère de l’agriculture et la Commission européenne dans la wilaya de Mostaganem sur le thème de «la valorisation du produit agricole algérien».

A l’issue des débats qui ont eu lieu lors de cette rencontre, il a été conclu que, «sur la base de cas concrets et à travers les différents échanges d’expériences, une série de recommandations a été arrêtée pour définir un plan d’action permettant de mettre en place des mécanismes de valorisation des produits agricoles en Algérie et consolider leur place sur le marché (national et international)».
L’huile d’olive, les produits de l’apiculture ou les dattes sont autant de produits visés par les programmes de valorisation en question et qui demeurent en quête d’un label propre à eux, mais qui tarde à venir.

Categorie(s): economie

Auteur(s): M. Nadjah

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..