Vaste opération de ratissage à Tizi Ouzou

Elwatan; le Samedi 5 Janvier 2008
1

Le chef de la 1re Région militaire s'est rendu jeudi dernier dans la wilaya de Tizi Ouzou où il a visité les différents campements militaires établis dans la région.


Tizi Ouzou.
De notre bureau

C'est la seconde fois en deux mois que le même responsable se déplace à Tizi Ouzou. Accompagné de hauts gradés de l'armée, le général-major de l'ANP a marqué une halte dans la commune de Aïn El Hammam, 46 km au sud-est du chef-lieu de wilaya, pour sans doute s'enquérir de la situation sécuritaire et galvaniser le moral des troupes, surtout après les derniers attentats perpétrés contre les structures des forces de sécurité en Kabylie. D'ailleurs, hier, une vaste opération de ratissage a été opérée dans les forêts environnantes de l'ex-Michelet. L'offensive militaire appuyée par des éléments de la garde communale passe au peigne fin les maquis de l'ex-GSPC, notamment à Aït Yahia où récemment un barrage de l'ANP a été attaqué par un groupe de terroristes.
L'opération de l'armée s'étale également vers le flanc sud de la localité. Ainsi donc, selon nos sources, les soldats de l'ANP sont sur le pied de guerre dans la forêt de Tirourda, à la limite entre la wilaya de Tizi Ouzou et celle de Bouira. On parle d'un groupe terroriste qui se serait replié dans ces lieux boisés, réputés être le lieu de passage des groupes armés vers les maquis limitrophes. Le redéploiement de l'ANP sur le terrain ne se limite pas à la région de Aïn El Hammam, étant donné que des informations concordantes font état d'une autre opération d'envergure menée au sud de Tizi Ouzou.
En effet, les militaires ratissent depuis mercredi, sans interruption, aussi bien la forêt d'Amjoudh que celle de Guergour, près de la localité de Maâtkas. Qualifiée de routinière, cette opération vise à maintenir la pression sur les éléments armés qui écument encore cette contrée «chaude» de la wilaya. Par ailleurs, la ville de Tizi Ouzou et ses alentours connaissent depuis l'attentat kamikaze de Naciria, 45 km à l'est de Boumerdès, un renforcement remarquable du dispositif sécuritaire pour parer à toute éventualité. La quasi-totalité des ruelles jouxtant les locaux des services d'ordre ont été fermées à la circulation automobile. Craignant des attentats au véhicule piégé, les commissariats de police et autres établissements publics sensibles, le siège de la wilaya, le Trésor public, la cour de justice, la gare routière entre autres, sont sous haute surveillance. Il en est de même pour tout immeuble ou cité situés à proximité des commissariats de police.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Ahcène Tahraoui

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..