Versement des deuxièmes tranches AADL 1 et LP : Entre satisfaction, interrogations et colère

Elwatan; le Dimanche 25 Octobre 2015
98824


Ainsi, après avoir pu choisir, en septembre dernier, l’emplacement de leur futur logement, les quelque 89 000 souscripteurs à la formule AADL pourront s’acquitter de la deuxième tranche, fixée à 5% du prix total, soit un montant de 105 000 DA pour le F3 et 130 000 pour le F4.

Le retrait des ordres de versement ne se fera toutefois pas aléatoirement, puisque des rendez-vous seront fixés par la direction de l’Agence. «Les souscripteurs sont invités à visiter le site www.aadl.com.dz pour connaître la date du rendez-vous fixé pour le retrait de la convocation et se présenter personnellement à l’Agence.

Les rendez-vous seront fixés progressivement sur le site», précise ainsi dans un communiqué le ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville. Les ordres de versement pourront, le jour du rendez-vous, être retirés à la direction de l’AADL, à Saïd Hamdine, ainsi qu’au niveau de ses agences de wilaya.

C’est, grosso modo, dans le soulagement que les souscripteurs AADL vont effectuer cette démarche supplémentaire pour l’acquisition d’un logement, et ce, après une quinzaine d’années d’attente. «Nous sommes effectivement soulagés, même si des interrogations et quelques problèmes persistent», déplore toutefois Kamel Slimani, représentant du Collectif des souscripteurs AADL 2001-2002.

«Il s’agit notamment du problème soulevé par les souscripteurs ayant dépassé les 65 ans et qui n’ont pas pu payer la première tranche», ajoute-t-il, estimant leur nombre à des centaines.

«Ces personnes avaient souscrit à l’AADL en 2001 et 2002, ils avaient donc l’âge requis et remplissaient toutes les conditions d’accès à cette formule. Néanmoins, depuis, ils ont vieilli. L’AADL, se basant sur la réglementation de 2001, les a exclus lors de l’actualisation des dossiers», ajoute M. Slimani. Toutefois, insiste-t-il, la loi a été modifiée en 2014, permettant à toutes les tranches d’âge de souscrire à ce programme, à condition que les seniors s’acquittent du paiement par anticipation.

Autre inquiétude soulevée par les adhérents à ce programme : le choix des sites et le taux d’avancement des travaux qui varie, selon M. Slimani, de 5 à 20%. «Les responsables avaient évoqué de nombreux sites dédiés à l’AADL 2001-2002. Cependant, ces sites étaient indisponibles lorsque nous avons procédé aux choix.

Et lorsque l’on sait que le nombre de logements prévu est inférieur au nombre de candidats, l’on s’interroge sur la manière dont ils vont être distribués», explique-t-il.

Sit-in demain des souscripteurs LPP

En ce qui concerne le programme LPP, c’est la colère qui caractérise cette opération prévue aujourd’hui. Car depuis son lancement en 2013, les souscripteurs ont dû faire face à moult écueils et revirements. Le dernier en date est le lancement de l’opération de versement de la deuxième tranche, maintenue à un montant d’un million de dinars, alors qu’il avait été annoncé, il y a moins d’un mois, que le choix des sites précéderait ce paiement.

«Les souscripteurs pourront retirer les ordres de versement de la deuxième tranche au niveau des structures d’accueil où s’est déroulée l’opération de versement de la première tranche, avec une durée de validité d’un mois de l’ordre de versement à compter de la date du retrait», annonçait ainsi un communiqué du ministère.

Ce dernier a aussi rappelé que les 4200 souscripteurs aux programmes AADL 2001-2002, transférés vers la formule LPP, bénéficieront d’une réduction de moitié du montant de la deuxième tranche.  Pour ce qui est du délai de versement, le ministère menace les retardataires : il ne peut être «ni prolongé ni renouvelé et toute personne n’ayant pas honoré son engagement de versement perdra automatiquement la qualité de souscripteur».

Il n’est pas précisé jusqu’à quelle date le retrait des ordres de versement sera possible. De même, l’ENPI informe «les souscripteurs ayant versé la première tranche que le choix des sites débutera le 1er décembre via internet», sans faire mention de l’obligation du paiement de la deuxième tranche.

Des flous avec lesquels comptent jouer les souscripteurs, regroupés en collectif, qui estiment préférable de temporiser avant de s’acquitter de cette opération. Ils annoncent ainsi qu’un sit-in est prévu demain devant le siège de l’ENPI.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Ghania Lassal

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..