Arrachage du drapeau du consulat d’Algérie à Casablanca: La scandaleuse mansuétude de la justice marocaine

Lesoir; le Samedi 7 Decembre 2013
2

Le verdict, prononcé jeudi dernier, contre le
Marocain qui a pénétré dans le consulat algérien à Casablanca et arraché
son drapeau le 1er novembre dernier, n’est pas pour améliorer les
relations entre l’Algérie et le royaume chérifien, particulièrement
tendues au cours des dernières semaines. Le prévenu a été condamné à
deux mois de prison avec sursis et au payement d’une amende. Verdict qui
est jugé comme étant «laxiste et outrageusement scandaleux» par Amar
Belani, porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

F.-Zohra B. - Alger (Le Soir)
Pour le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, dont les
propos sont rapportés par le site Algérie patriotique, la décision de la
justice marocaine contre Hamid N. confirme le fait que «la thèse de
l’acte isolé relève de l’imposture ». Ceci, d’autant que l’accusé a
seulement été reconnu coupable «d’atteinte à une propriété privée».
Le responsable a aussi précisé que le côté algérien s’attendait à ce
type de verdict. Il rappellera aussi que les autorités marocaines sont
liées par des engagements internationaux qui leur font obligation
d’assurer la sécurité et la protection des postes diplomatiques et
consulaires. «Ces dernières, en vertu des conventions de Vienne de 1961
et 1963 ont un statut particulier qui les met sur un plan totalement
différencié par rapport à la notion, fumeuse et incongrue, d’atteinte à
une propriété privée», selon Amar Bellani, rapporte Algérie patriotique.

Le responsable exige ainsi que le Maroc «assume ses responsabilités
internationales et ainsi, punir le responsable de la violation constatée
avec toute la sévérité requise, pour prévenir la survenue d’autres
dépassements».
L’incident, qui a eu lieu le 1er novembre dernier en marge d’un sit-in
qui dénonçait les déclarations du Président Bouteflika dans une lettre
adressée à la réunion de soutien au peuple sahraoui à Abuja, au Nigeria,
concernant le Sahara occidental, était survenu sur fond de frilosité
diplomatique entre les deux pays.
Le prévenu, un membre des jeunesses royalistes, avait par ailleurs
affirmé devant la cour, avoir agi «par patriotisme». Lors du procès, la
présidente de la cour avait déclaré «qu’il s'agit d'un délit, pas d'une
affaire politique». Ceci alors que la vidéo de cet évènement a été
largement diffusée sur le net sur des sites marocains. Suite à
l’événement, si le Maroc avait présenté ses excuses officielles, Alger
avait protesté en convoquant le chargé d’affaires marocain pour des
explications.
F.-Z. B.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): F.-Z. B.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..