Boxe: championnat du Monde espoirs (WBC) des Welters: Djamel Dahou conserve sa ceinture mondiale

Lesoir; le Dimanche 21 Decembre 2014
2

Le boxeur algérien Djamel Dahou a battu le Mexicain
Daniel Valenzuela par KO au premier round, à l’issue d’un combat disputé
dans la soirée d’avant-hier, à la salle omnisport du 20-Août-55 de
Bordj-Bou-Arréridj.
A la faveur de cette belle victoire, Djamel Dahou (22 ans) conserve sa
ceinture de champion mondial «Espoirs» de la catégorie welters WBC.
Vendredi à Bordj-Bou-Arréridj, Djamel Dahou a enregistré sa 13e
victoire, dont douze avant la limite. La confrontation a été laborieuse
pour l’Algérien, qui n’a pas attendu très longtemps, juste une minute et
huit secondes, pour envoyer au tapis son adversaire du jour.

Début en force
Le nombreux public de la salle omnisports de Bordj-Bou-Arréridj avait
été mis en bouche par un hors-d’œuvre de boxe amateur et féminine. Le
temps pour les retardataires de se frayer un chemin en espérant trouver
une place de libre parmi les milliers de personnes venues assister
spécialement au véritable combat de la soirée et encourager l’espoir de
la boxe algérienne. Le clou de la soirée, le combat tant attendu entre
l’Algérien Djamel Dahou qui affrontait le Mexicain Daniel Valenzuela,
avec en jeu, le titre mondial de la catégorie welters WBC (World boxing
Council). D’entrée, on comprit pourquoi le boxeur algérien compte onze
victoires par KO sur les douze de son palmarès (pour zéro défaite). Il
avance, il cogne. The King Dahou était pressé d’en finir, la rage de
vaincre était perceptible dans ses yeux et par ses crochets qui ont
sonné le Mexicain, Daniel Valenzuela qui a déjà disputé 59 combats
professionnels. L’arbitre américain Curtis Trasher était déjà obligé de
compter le Mexicain moins d’une minute après le début du combat.
Quelques secondes plus tard, le gauche du jeune algérien s’abattit sur
le visage du Mexicain qui va aussitôt s’écrouler. Sonné, Valenzuela ne
se relèvera pas, et l’arbitre américain décida d’arrêter la partie et de
déclarer Djamel Dahou, vainqueur par KO.

Un palmarès impressionnant
A 22 ans, le champion algérien totalise désormais 13 victoires pour 13
combats dans son parcours professionnel. Originaire de Tiaret, Djamel
Dahou détient, en effet, un palmarès des plus impressionnants. Il est
déjà champion du monde et champion d’Afrique dans la catégorie
«super-légers». En septembre 2013, il avait obtenu une autre distinction
à Accra au Ghana en devenant le plus jeune champion UBF de Universal
Boxing Federation (UBF), une autre prestigieuse organisation
internationale de boxe, dans sa catégorie «welters» (mi-moyens), entre
63,503 kg et 66,678 kg. Le champion algérien a tenu, à la fin du combat,
à dédier cette victoire aux peuples algérien et palestinien ainsi qu’aux
supporters présents dans la salle omnisports de Bordj-Bou-Arréridj.

L’apport du groupe Benhamadi
Djamel Dahou a également remercié son sponsor officiel, le groupe
Benhamadi «qui m’a tendu la main dans les moments difficiles, et m’a
aidé à conserver mon titre mondial». Pour rappel, Djamel Dahou avait
signé un contrat de sponsoring avec le groupe Benhamadi pour prendre en
charge tous les frais de préparation de ce combat. La préparation a été
effectuée en Angleterre durant trois semaines et totalement prise en
charge par le groupe Benhamadi. «Pour disputer ses combats de boxe et
remporter ses trophées, Djamel n’a bénéficié d’aucune prise en charge de
la part de nos autorités. J’ai été obligé moi-même de vendre mon propre
logement pour financer ses déplacements à l’étranger. Nous sommes partis
jusqu’à Accra au Ghana pour disputer la finale d’un championnat du monde
et ramener au pays la ceinture WBC sans aucun staff médical, ni un
kinésithérapeute», avait déclaré Mokhtar Dahou, le père et manager de
Djamel Dahou, lors de la conférence de presse d’avant-match. Djamel
Dahou trouvera, enfin, une porte de secours à travers la main tendue par
le groupe Benhamadi pour un regain d’espoir. «C’est une immense joie
pour nous, Djamel est un boxeur à qui on a fait confiance. Nous l’avons
soutenu et le résultat est là. Cela prouve que si on soutient les
boxeurs et les athlètes algériens en général, le résultat sera présent»,
déclare Smaïl Benhamadi, l’homme qui était derrière l’organisation de ce
gala. Ne cachant pas sa fierté, M. Benhamadi ajoute également, «le
groupe Benhamadi est une entreprise citoyenne. Nous voulons être, de ce
fait, l’accompagnateur de tout genre d’activités pouvant apporter un
plus au sport national».
Imed Sellam

Categorie(s): sports

Auteur(s): Imed Sellam

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..