Comme le vent projeté au FICA: Lyrisme au cœur de l’horreur

Lesoir; le Samedi 20 Decembre 2014
2

Le long-métrage italien Comme le vent de Marco Simon
Puccioni a été projeté à la salle El-Mouggar dans le cadre de la
compétition officielle du 5e Festival international du cinéma d’Alger
dédié au film engagé. Un psychodrame haletant et sanguin inspiré d’une
histoire réelle.
Armida Miserere est la première femme directrice de prison en Italie.
Son mari, éducateur dans une autre prison, sera assassiné par la mafia.
Définitivement brisée par la perte de l’amour de sa vie, elle acceptera
de diriger les pires prisons du pays avec fermeté mais aussi un sens
aigu de la justice. Construit sur des flashbacks allant de 1990 à 2003,
Comme le vent a un atout majeur : l’actrice Valeria Golino qui porte le
film avec une passion et une densité radicales. Ce portrait de femme
meurtrie mais toujours droite dans son impeccable tailleur est à la fois
fragile et puissant : fragile parce que la mise en scène s’encombre
parfois d’effets de manche et d’images maniérées ; puissant, parce que
l’interprétation rigoureuse de Golino, notamment sublimée par les
lumières glacées de Gherardo Gossi.
Entre le quotidien idyllique d’un couple follement amoureux et filmé
d’une manière aussi brillante que sensible, au dénouement tragique de
son parcours cahoteux, en passant par la quête de vérité sur
l’assassinat de son mari, Armida Miserere remplit entièrement l’écran
tant par sa présence physique magnétique que par le relief psychologique
que lui confère l’actrice italienne.
Tour à tour fragile, froide, effondrée, statutaire, lubrique et
desséchée, cette femme va nous entraîner, tout au long de deux heures,
dans ses déboires professionnels mais surtout dans son désarroi quasi
christique que Valeria Golino incarne tantôt avec une magistrale
retenue, tantôt avec une exubérance hurlante à l’image de ses blessures.

Comme le vent réussit le pari de créer une cohérence dramaturgique
solide entre le romanesque et le politique, entre l’univers intime de
cette femme et le contexte fiévreux de l’Italie des années 1990. Pour
autant, Marco Simon Puccioni n’entend pas réaliser un film sur la mafia,
encore moins un biopic classique sur un martyr de celle-ci ; son
ambition est au contraire de partir d’une Grande Histoire, moult fois
traitée dans le cinéma italien, vers la toute petite : cette
individualité vulnérable et pourtant si puissante qui, sans discours ni
arsenal important, combat à sa manière le fascisme et la terreur. Malgré
une mise en scène basique, l’actrice principale donne tout son sens à
cet enchevêtrement douloureux entre la pression politique et l’infinie
souffrance intérieure.
Armida Miserere ne cesse de se transformer tant physiquement que
moralement : elle passe de la femme douce et aimante à la directrice de
prison sans concession, parfois cruelle ; de la veuve éplorée détruite
par l’assassinat de son compagnon à la séductrice exhalant l’érotisme
qui tente de soulager brièvement à travers le sexe éphémère ; de la
forteresse impénétrable que personne n’arrive à cerner à la créature
démunie qui sanglote et sombre dans la déprime…
De ce fait, il s’agit d’un être lyrique, comme surgi d’une tragédie
gréco-romaine, mais plongé dans une temporalité indigne, par trop
matérielle pour son caractère foncièrement transcendant «comme le vent»
!
Sarah Haidar

Categorie(s): culture

Auteur(s): Sarah Haïdar

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..