DGSN: 2 500 policiers promus à des postes supérieurs dont 7 contrôleurs

Lesoir; le Samedi 20 Decembre 2014
2

Près de 2 500 policiers ont été admis à des grades
supérieurs, dont sept commissaires divisionnaires promus au plus haut
grade de la Sûreté nationale, soit celui de contrôleur. La cérémonie de
remise des grades a eu lieu avant-hier à l’Ecole supérieure de police de
Châteauneuf, à El Biar, coïncidant avec la célébration de la Journée de
la police arabe (18 décembre).
Abder Bettache Alger (Le Soir)
La célébration de la Journée arabe de la police était une
opportunité pour la Sûreté nationale de gratifier plusieurs de ses
cadres et de les promouvoir à des grades supérieurs. Outre les sept
promotions aux grades de contrôleur dont ont bénéficié des cadres de la
Sûreté nationale dont l’actuel chef de Sûreté de wilaya d’Alger, M.
Noureddine Berachedi, ou encore le spécialiste en criminologie Farid
Bencheikh, la Sûreté nationale a procédé à des promotions au profit de
2500 policiers parmi eux un très grand nombre de femmes. Selon une
source proche de la Sûreté nationale, les policiers promus à des grades
supérieurs sont notamment des jeunes cadres ayant fait leurs «preuves
sur le terrain». Lors de cette cérémonie présidée par le directeur
général de la Sûreté nationale, le général-major Abdelghani Hamel, il a
été lancé un message en direction de la police arabe «pour consentir
davantage d'efforts et mobiliser toutes leurs potentialités en vue
d'établir une coopération efficace notamment en matière de lutte contre
la criminalité, sous toutes ses formes». «La police arabe est appelée,
aujourd'hui plus que jamais, à mobiliser ses potentialités pour établir
une coopération en matière de lutte contre la criminalité, sous toutes
ses formes, dont le crime organisé transfrontalier à la lumière des
mutations survenues à travers le monde au volet sécuritaire», a indiqué
le général major Hamel dans une allocution lue en son nom par le
directeur de la communication et des relations publiques à la DGSN. Le
crime organisé, à sa tête le terrorisme, a-t-il indiqué, «est le défi
qui doit être relevé par les responsables arabes de la sécurité, étant
un crime transfrontalier lié à d'autres formes de criminalité», a-t-il
dit. Il a, en outre, cité le phénomène de «blanchiment d'argent, de
trafic de drogue et d'armes et de corruption». En vue de faire face à
ces fléaux, «il sied de faire preuve de vigilance et de prendre
conscience des risques qui menacent les pays arabes en raison de la
propagation des groupes criminels, outre le renforcement de la
coopération et de la coordination entre les services de sécurité arabes,
à travers l'échange d'expériences et de données pratiques pour
neutraliser ces groupes qui menacent la paix, la sécurité et la
stabilité dans les pays arabes», a-t-il estimé. De son côté, le
secrétaire général du Conseil des ministres arabes de l'Intérieur (CMAI),
Mohamed Ben Ali Koumane, a mis en exergue dans une allocution lue en son
nom par le chef du bureau de la coopération internationale, le
commissaire divisionnaire Rabah Mezmane, le «rôle important de la police
algérienne dans la préservation de la stabilité et de la sécurité du
pays et des citoyens».
Après avoir rappelé les moments difficiles qu'a traversés l'Algérie
durant la décennie noire, le responsable a souligné la «coordination
existante entre la police algérienne et les organes de sécurité arabes
dans le but de faire face aux menaces communes».
A. B.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): A. B.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..