DIGOUTAGE: Qui est l’hurluberlu ?

Lesoir; le Dimanche 21 Decembre 2014
2

Par Arris Touffan
Ce qu’il y a de terrible dans l’affaire de cette fatwa lancée contre Kamel
Daoud, c’est que les «autorités officielles», au lieu de tenir leur rôle
d’«autorités officielles» garantes de l’application des lois, jouent aux trois
singes. Rien vu, rien entendu, rien dit ! Qu’un hurluberlu désinhibé un max,
sans surmoi diraient les psys, s’autorise à lancer une fatwa est grave au plus
haut point. Mais il y a infiniment plus grave, c’est qu’au mieux, les «autorités
officielles» campent la position de l’arbitre. On verra bien, semblent-elles
nous dire, comme si elles ne se sentaient pas concernées.
Le vizir de la justice assure le service minimum en rappelant l’évidence selon
laquelle quiconque l’estime nécessaire peut déposer plainte. Wallah ? Même quand
on appelle à ton meurtre en public et devant Dieu et ses créatures ? Peut-être
que les «autorités officielles» n’ont pas entendu cet hurluberlu de barbu
cracher sa haine ? Soyons sérieux deux secondes : face à une fatwa pareille, qui
le défie lui d’abord et avant tout, un Etat sérieux réagit immédiatement et avec
fermeté. Un Etat !
A. T.
arrisetouffan@yahoo.fr

Categorie(s): chronique du jour

Auteur(s): Par Arris Touffan

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..