Education: Vers une action commune des syndicats

Lesoir; le Dimanche 21 Decembre 2014
2

Le CLA (Conseil des lycées d’Algérie) a tenu hier son
conseil national. Le syndicat qui relève la non-prise en charge des
revendications des fonctionnaires de l’éducation va se réunir avec les
autres syndicats autonomes du secteur pour une action commune.

Salima Akkouche - Alger (Le Soir)
Le CLA ne veut pas faire cavalier seul pour faire aboutir ses
revendications. Parce que l’union fait la force, le syndicat va s’unir
avec les autres syndicats autonomes du secteur de l’éducation pour
exiger une solution à leurs préoccupations. Le CLA, qui a tenu son
conseil national hier pour faire une évaluation des résultats du premier
trimestre et décider des perspectives à venir, ne veut pas entreprendre
une action seul. «Nous allons nous réunir avec les autres syndicats pour
entreprendre une action commune», a indiqué Bachir Hakem, chargé de
communication au CLA. Cependant, le syndicat donne déjà le ton et
annonce «un deuxième trimestre chaud». Selon Bachir Hakem, le CLA a
toujours privilégié l’option d’une intersyndicale pour lutter d’un
commun front. Selon lui, les syndicats autonomes vont se réunir durant
la dernière semaine de ces vacances scolaires pour décider d’une action
pour le deuxième trimestre. Le CLA a organisé sa première action de
protestation de la rentrée scolaire, le 10 novembre dernier. Il a tenu
une journée de mécontentement pour alerter sur la «sinistre situation du
secteur». Le CLA dit refuser de continuer de cautionner «cette politique
marquée par l’absence de bonnes conditions de scolarisation, la mauvaise
gestion et absence de stratégie de gestion, absence de compétences
professionnelles, la suppression de l’enseignement technique, la
corruption, la surcharge, le manque d’infrastructures, le recrutement
par contrat et la propagation de la violence». Selon le syndicat qui
exige la réouverture des négociations sur le statut particulier «l’Etat
algérien s’est démis de ses responsabilités dans le plus grand secteur
du pays». La ministre de l’éducation nationale a, lors de sa récente
sortie médiatique, appelé les syndicats à mettre les tensions entre
parenthèses et de se mettre autour d’une table de discussion pour éviter
au secteur les perturbations répétitives en raison des mouvements de
protestations. Benghebrit qui reconnaît la légitimité des revendications
du partenaire social estime que leur aboutissement a besoin de temps.
Les syndicats, eux, estiment lui avoir donné suffisamment de temps.
S. A.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): S. A.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..