Face à la surabondance de l’offre: Les prix du pétrole continuent leur déprime

Lesoir; le Samedi 20 Decembre 2014
2

Hier sur les marchés asiatiques, le prix du baril de
«light sweet crude» (WTI) pour livraison en janvier prenait 63 cents, à
54,74 dollars, tandis que le baril de Brent de la mer du Nord pour
livraison en février s'appréciait de 16 cents à 59,43 dollars.
Pour les spécialistes, ce «rebond» est loin d’être un début de la
reprise tant attendue. C’est plutôt une volatilité qui est due à
l’équation offre/demande.
«Tant que l'équation faible demande mondiale/excédent de l'offre n'est
pas résolue, nous continuerons à voir ce genre de volatilité», selon les
analystes boursiers cités par les agences de presse. De ce fait, si les
prix du pétrole devraient rester déprimés durant le premier semestre
2015, avant de commencer à se reprendre lentement dans la deuxième
moitié de l'année grâce notamment à un réajustement de l'offre, il n’en
demeure pas moins qu’un «calme» devrait être enregistré durant cette
période des fêtes de fin d'année.
En sus des traditionnels pays dépendants de la rente pétrolière tel que
l’Algérie, l'impact de la dégringolade des cours du pétrole s'annonce
sévère pour… les six pays membres du Conseil de coopération du Golfe (CCG-Arabie
saoudite, Bahreïn, Emirats arabes unis, Koweït, Qatar et Oman), qui
pompent 17,5 millions de barils par jour (mbj).
Les monarchies pétrolières du Golfe s'apprêtent à connaître des temps
difficiles avec la chute des cours de l’or noir qui a perdu environ 50%
depuis la mi-juin, grevés par l'abondance de l'offre, le renforcement du
dollar et la faiblesse de la demande dans un contexte de ralentissement
de l'économie internationale.
Pour les spécialistes, aux prix actuels, les monarchies du Golfe
devraient perdre la moitié de leurs pétrodollars, soit quelque 350
milliards de dollars par an. Si l'Arabie saoudite a affirmé maintenir le
niveau élevé de ses dépenses, le Koweït a ordonné de réduire les
dépenses et de reconsidérer les subventions sur l'essence et
l'électricité. Selon l'agence Moody's, les monarchies du Golfe
pourraient commencer par des coupes budgétaires dans «les projets
d'investissement non-stratégiques», mais elles finiront par faire des
choix délicats. Idem pour la Russie. Son président a fait savoir que la
Russie devrait se préparer à un baril de pétrole à 40 dollars. En sus de
ce pays, le Venezuela est considéré comme l'un des grands perdants de la
décision de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) de ne
pas réduire son plafond de production afin de soutenir les prix de l'or
noir.
D’ailleurs, l'agence de notation Fitch Ratings a abaissé la note de
solvabilité du Venezuela, de B à CCC, une catégorie désignant les pays
pour lesquels un défaut de paiement est une réelle possibilité.
S. B./Agence

Categorie(s): actualités

Auteur(s): S. B./Agence

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..