FOOTBALL: BAISSER DE RIDEAU SUR LA PHASE «ALLER» DU CHAMPIONNAT DE LIGUE 1: L’ESS assume son statut, la meute en pérégrination

Lesoir; le Lundi 24 Decembre 2012
2

La Ligue 1 fait ses bilans au lendemain de la quinzième étape étalée sur deux jours, le week-end dernier. L’ESS a été sacrée, fort logiquement, championne d’automne. Les joueurs de Velud, qui s’étaient préparés tant bien que mal à Sousse, ont effectué un parcours de champion.
Pourtant, à l’intersaison, les Bianconeri d’Aïn Fouara ont perdu
beaucoup de pièces importantes (Djabou, Hachoud et Benmoussa entre
autres) dans leur échiquier, ainsi que leur staff conduit par le Suisse
Alain Geiger. La transition semble pourtant se passer comme sur des
roulettes. Sur le plan comptable, les camarades de l’inusable Delhoum
ont récolté 31 points obtenus après 9 victoires dont deux en
déplacement, quatre nuls, toujours à l’extérieur, et deux défaites hors
de leurs bases (Béchar et à Chlef). L’attaque sétifienne a inscrit 25
buts (soit un de moins que… Messi, auteur de 26 buts avec le Barça)
alors que la défense a encaissé 8 réalisations. Derrière les Sétifiens,
une belle petite surprise mais qui, en fait, est une confirmation. Il
s’agit de l’USM Harrach de Boualem Charef qui a caracolé pendant cette
première phase du championnat parmi le trio de tête. L’équipe
banlieusarde (30 points récoltés en 9 victoires dont 4 à l’extérieur, 3
nuls à domicile et 3 défaites) avait toutes les chances de finir en haut
du tableau, n’étaient quelques couacs à domicile où les Sem-Sem ont
perdu 6 unités (nuls face à l’ESS, l’USMA et l’USMBA). Les Harrachis,
défaits respectivement à El-Eulma et à Béjaïa), ont raté le titre
symbolique suite à une défaite consommée vendredi dans le derby algérois
face au MCA. Cette dernière formation, qui avait fait semblant en début
de saison en ayant trois journées de suite le leadership, a terminé
cette première tranche de la saison à la troisième position aux côtés du
rival et voisin de l’USMA (27 points). Le club algérois a gagné 7
matches dont trois à l’extérieur (WAT, JSK et CAB), fait 6 nuls dont 3 à
domicile et perdu 2 matches (USMA et ESS). Une remarque à faire : si l’ESS
et l’USMH ont conservé leur staff technique, le Mouloudji d’Alger a déjà
consommé deux entraîneurs, à savoir les Français Liewig et Rabier. Quant
à l’USMA, c’est un peu la déception de cette phase «aller». Avec son
armada de vedettes emmenées d’abord par l’Argentin, Gamondi, la
formation de Soustara a effectué un mauvais départ, s’est un petit peu
ressaisie par la suite pour finir timidement sur un strapontin. Le bilan
des Rouge et Noir fait état de 8 victoires dont deux à l’extérieur (à
Batna et à Béchar), 3 nuls (1 à domicile) et surtout 4 défaites dont
l’une face au CABBA, à Omar-Hamadi. Cette dernière a précipité le
limogeage de Gamondi et le recrutement du Français Courbis. Ce quatuor
ne se détache pas allègrement du reste du contingent où figure la JSMB,
détonante au démarrage avant de décrocher, mais surtout des surprises
venues de l’Est (MCEE et CSC) et le promu de la JSS. Ces trois teams ont
accompli une première partie du championnat d’une manière fort
remarquable. Le CSC avait mis le feu au départ, suivi de la JSS (deux
victoires loin de Béchar) avant que le MCEE n’enflamme le challenge en
enchaînant victoire sur victoire sur son ground Messaoud-Zeghar (5
victoires sur les 8 matches joués à domicile). N’étaient la défaite face
à la JSK et les nuls concédés face à l’ESS et la JSS, les Eulmis, qui
ont connu deux coaches (Iaïche et Belhout) en seize rencontres( le
seizième fut celui joué en coupe face au GC Mascara) auraient fort
logiquement aspiré à un meilleur classement tant leur parcours en dehors
de leurs bases est éloquent (5 nuls réalisés devant la JSMB, le CRB, le
MCA, l’ASO et le CABBA). Les deux déceptions de l’aller sont, dans le
désordre, le CRB et l’ASO, deux équipes qui avaient l’habitude de
figurer dans le quintet du sommet. Le Chabab (10e avec 19 points) et les
Lions du Chélif (12e avec trois points de moins) ont connu des zones de
turbulences induites par leur situation financière précaire. Les deux
clubs rouge et blanc partagent plusieurs spécificités en ce premier acte
du championnat. Ils ont changé leurs coaches (Aréna remplacé par Bouali
et Belhout par Benzekri) et dilapidé onze et douze points à domicile
eux, qui, d’habitude, sont connus par leur stabilité technique et leur
invincibilité at home. Pareil constat concerne également des écuries
comme le CABBA et le CAB. Le Ahly de Bordj Bou-Arréridj a mal démarré sa
saison accumulant deux défaites de suite à domicile (USMH et JSS) avant
de briller loin de ses bases (Bologhine face à l’USMA et à Chlef). Avec
douze points perdus à domicile et douze autres ramenés de l’extérieur,
le CABBA illustre le parfait parcours d’un team en reconfiguration au
lendemain de son retour parmi l’élite. Le CAB, auteur de trois défaites
à domicile (USMA, JSMB et MCA), a perdu quinze points chez lui et n’a
ramené qu’un petit point loin de ses bases (de Chlef). A ce rythme, les
Rouge et Bleu se dirigent droit vers leur énième rétrogradation. Que
dire des clubs de l’Ouest (WAT, USMBA et MCO) qui stagnent dans les
profondeurs du classement faute de résultats, de moyens et de stabilité
technique et administrative, sinon que la relégation n’est plus une vue
de l’esprit. S’il est vrai que le MCO est en train de se ressaisir,
Tlemcen et Bel-Abbès semblent avoir (déjà) la nostalgie de la Ligue 2.

M. B.

Categorie(s): sports

Auteur(s): M. B.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..