FOUAD SOUFI, CHERCHEUR AU CRSAC D’ORAN, PARLE DE MAHFOUD KADDACHE: «L’historien qui a osé dire non à Boumediène»

Lesoir; le Mercredi 26 Decembre 2012
2

Restituer par le
témoignage la vie et le parcours de l’historien Mahfoud Kaddache et de
l’écrivain Malek Haddad qui sont deux figures marquantes,
respectivement, de l’enseignement de l’histoire et de la littérature en
Algérie, c’est l’exercice auquel se sont livrés Mhenni Akbal,
universitaire et spécialiste en bibliothéconomie, Fouad Soufi, historien
et chercheur au CRASC d’Oran et Amar Belkhoudja, ex-journaliste et
auteur de plusieurs ouvrages historiques, lors des journées thématiques
organisées en marge du Salon Djurdjura du livre qu’organise la direction
de la culture de la wilaya de Tizi-Ouzou, depuis jeudi dernier et qui
s’étalera sur une semaine. Se prévalant d’avoir eu «un rapport
pédagogique » et non une quelconque proximité familière ou d’amitié avec
Mahfoud Kaddache qui était son enseignant et directeur de thèse de
magistère et de doctorat en bibliothéconomie à l’université d’Alger,
Mhenni Akbal axera son intervention sur le profil académique et sur les
qualités du chercheur parcimonieux et qui a toujours le souci de la
vérification de «la vérité de l’art». «Mahfoud Kaddache était une
référence incontournable dans l’écriture de l’histoire du nationalisme
algérien», dira M. Akbal qui révélera que M. Kaddache était à l’origine
de l’introduction de la discipline de bibliothéconomie et de son
enseignement au sein de l’université algérienne. Le même aspect du
parcours biographique et scientifique de Mahfoud Kaddache a été abordé
par l’universitaire et chercheur au CRASC d’Oran(Centre de recherche en
anthropologie sociale et culturelle), qui soulignera l’apport indéniable
de l’historien à la vie intellectuelle et même à l’activité associative
du pays. (Kaddache était aussi responsable au sein des SMA, Scouts
musulmans algériens). Pour Fouad Soufi, M. Kaddache avait une approche
distanciée dans la recherche et l’interrogation des faits historiques ;
il était un chercheur sourcilleux qui privilégiait le retour à la source
écrite et à la confrontation des témoignages. «M. Kaddache avait un
rapport viscéral aux archives et aux sources», dira l’universitaire F.
Soufi. «Mahfoud Kaddache a été le seul historien à avoir osé dire non à
Boumediène. C’était à l’occasion d’une rencontre à la villa Susini à
Alger et qui a réuni l’ex-président de la République avec des
universitaires spécialisés en histoire. Lors de ce regroupement qui
s’est déroulé en 1972, Boumediène a donné des orientations qui devaient
guider les universitaires dans leur travail de recherche historique. A
la surprise de tout le monde, Mahfoud Kaddache s’était levé pour dire à
l’ex-Président qu’il n’avait pas en tant que responsable politique à
s’immiscer dans le travail des historiens. » Cette anecdote rapportée
par le conférencier est édifiante sur le rapport viscéral de l’auteur de
L’Algérie des Algériens à la vérité scientifique et à la vérification
des faits de l’histoire qu’il faut interroger sans parti pris ou sous le
prisme réducteur de l’idéologie, selon l’orateur qui ajoutera que M.
Kaddache refusait les oukases et l’injonction. Par son attitude, M.
Kaddache qui s’est farouchement opposé sur le sujet de l’écriture de
l’histoire à l’ex-ministre Mouloud Kacem Naït Belkacem s’est attiré les
foudres du pouvoir de l’époque qui l’a non seulement chassé de son poste
de responsable des SMA, mais l’a privé même de la voiture de service.
Mais plus encore, il a été interdit de l’enseignement de l’histoire au
sein de l’université algérienne où le champ de la recherche a longtemps
été dominé par une approche subjective et idéologisée. Cette attitude,
qui a été longtemps combattue par l’historien, est à la source des
clivages qui ont beaucoup nui au pays, selon F. Soufi qui finira par
dire : «Si les historiens avaient suivi l’exemple de Mahfoud Kaddache,
l’Algérie aurait échappé à la guerre des mémoires. Il fallait chercher
la vérité historique pour éviter les mauvaises questions.»
S. Ait Mébarek

Categorie(s): culture

Auteur(s): S. Aït Mébarek

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..