Hommage planétaire à Madiba

Lesoir; le Samedi 7 Decembre 2013
2

Jamais de mémoire, un décès n’a suscité de réactions
instantanées et au moindre coin de la planète que celles qu’a charriées
la mort de l’ex-leader sud-africain Nelson Mandela, qui a rendu l’âme
jeudi soir, au bout d’une assez longue lutte contre une infection
pulmonaire.

Mohamed Kebci - Alger (Le Soir)
Un hommage unanime et appuyé de toutes les sphères, politique,
artistique, religieuse et sportive, à un homme qui aura marqué d’une
empreinte indélébile le 20e siècle au point de devenir cette «source
d'inspiration» universelle pour ses valeurs de pardon et de
réconciliation.
D’abord l’Algérie qui a décidé d’un deuil national de huit jours à
partir d’hier décrété par le président de la République pour qui Nelson
Mandela est une personnalité qui «incarne la longue lutte pour la
liberté et la dignité» de l'Afrique du Sud.
Aussi, Abdelaziz Bouteflika écrit dans un message de condoléances à la
famille du leader sud-africain que «Nelson Mandela se confond avec
l'histoire de l'Afrique du Sud dont il incarne la longue lutte pour la
liberté et la dignité».
Le président de la République a rappelé que dans son parcours de
militant, Mandela «a démontré une humilité et une droiture
irréprochables dans les engagements et les actions au service de son
peuple». Et de soutenir que le meilleur hommage que nous pouvons rendre
à Nelson Mandela est de «poursuivre cette action de solidarité sur la
voie de la renaissance africaine». Pour sa part, le secrétaire général
de l’ONU considère Mandela comme une «figure singulière sur la scène
internationale, un homme à la dignité calme et à l'héritage imposant, un
géant de la justice et une source d'inspiration humaine».
Et à Ban Ki-moon de mentionner que «personne n'a fait plus que lui à
notre époque pour promouvoir les valeurs et les aspirations de l'ONU»,
citant la Commission vérité et réconciliation, créée sous sa direction
qui reste, selon lui, «un modèle de réalisation de la justice pour des
sociétés hantées par le spectre des violations des droits de l'Homme».

L’Union africaine, quant à elle, relève «l'esprit du panafricanisme et
de solidarité dans les luttes de l'humanité contre l'Apartheid,
l'oppression et le colonialisme et pour l'autodétermination, la paix et
la réconciliation» de Mandela, considérant son décès comme «une perte
énorme pour sa famille, notre continent et, en fait, l'humanité
elle-même».
Ceci alors que l’UE voit en la mort de «l’un des plus grands êtres
humains de notre époque» la perte d’un «père pour l’Afrique du Sud» et
celle d’un «héros» pour le monde.
Le Président américain n’est pas en reste, Barack Obama voyant en
l’ancien leader anti-Apartheid «un des hommes les plus influents, les
plus courageux, et l'un des êtres humains les plus profondément bons sur
cette Terre». «Nelson Mandela a été l'incarnation de la nation
sud-africaine, le ciment de son unité et la fierté de toute l'Afrique.
Combattant infatigable de l'Apartheid, il l'aura terrassé par son
courage, son obstination et sa persévérance. Nelson Mandela aura été un
résistant exceptionnel et un combattant magnifique», affirme le
Président français qui a décidé de la mise en berne de tous les drapeaux
de la République.
La chancelière allemande soutient que «le nom de Mandela sera pour
toujours associé au combat contre l'oppression de son peuple et à la
victoire sur le régime d'Apartheid» alors que le Président russe
considère Mandela comme étant un des hommes politiques les plus
«éminents de notre époque».
Le Premier ministre britannique pense qu’avec la mort de Mandela, c’est
«une grande lumière qui s'est éteinte dans le monde». Ceci, alors que
Dilma Rousseff, la présidente du Brésil, affirme que «Mandela a fait
preuve de passion et d'intelligence pour réussir un des plus importants
processus d'émancipation de l'être humain de l'Histoire contemporaine,
la fin de l’Apartheid en Afrique du Sud».
Mohamed el Baradei, prix Nobel de la paix, voit en la mort de Mandela la
perte pour l’humanité de son plus grand fils alors que pour Bill Gates,
le fondateur de Microsoft, «sa grâce et son courage ont changé le
monde».
Pour Morgan Freeman, acteur ayant incarné Nelson Mandela dans Invictus
de Clint Eastwood en 2009, «Nelson Mandela était un saint pour beaucoup
et un héros pour tous ceux qui chérissent la liberté et la dignité
humaine».
M. K.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): M. K.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..