Il évoque une libéralisation limitée du secteur: Amar Ghoul compte «sévir» dans le transport aérien

Lesoir; le Mercredi 4 Decembre 2013
2

Une «révolution» dans le secteur du transport aérien,
Amar Ghoul y plaide. Des insuffisances, des manquements graves en
matière de qualité de service caractérisent ce secteur, reconnait le
ministre des Transports, citant notamment l’absence de ponctualité,
d’information, un certain déni des voyageurs de la part des
transporteurs... «Nous allons sévir très sérieusement», affirme Amar
Ghoul, laissant entendre que des sanctions seront prises à l’égard de
ceux qui manquent à leurs responsabilités. De fait, le ministre des
Transports a été assez élusif concernant des changements managériaux
attendus, même si «la transparence» prévaudra selon lui et que des
«encouragements» seront accordés à ceux qui le méritent. Un engagement
qu’il faudra également traduire sur le terrain, en faisant fi de tout
effet d’annonce.
Abordant l’amélioration de la couverture aérienne, Amar Ghoul a confirmé
le projet d’avions-taxis. Certes, le ministre des Transports évoque une
libéralisation, une privatisation du secteur, mais cependant limitée.
«Nous avons déjà engagé un travail concernant l’ouverture de lignes
aériennes aux privés», dira-t-il, laissant la porte ouverte au
partenariat public-privé ou privé. Néanmoins, cette libéralisation
s’opèrera «dans un cadre maîtrisé, régulé, sur la base d’un cahier des
charges et des objectifs». Ainsi, des compagnies d’avions-taxis
pourraient être lancées pour assurer le transport des personnalités,
l’évacuation des malades et autres cas d’urgence. «Nous n’allons pas
attendre qu’un avion d’Air Algérie ou de Tassili Airlines arrive pour
transporter un malade», dira-t-il, confortant ce projet par l’octroi de
facilitation et l’actualisation éventuelle du dispositif réglementaire.
D’autre part, Amar Ghoul a indiqué que le projet de la deuxième aérogare
internationale d’Alger, devant absorber un afflux de 10 millions de
passagers, devrait permettre de remédier à la saturation de l’actuelle
infrastrcture (d’une capacité de 6 millions de passagers).
Soit un volume prévisionnel de 16 millions de passagers à l’horizon
2016. Comme il permettra de conforter le développement d’un hub aérien
au niveau de l’Aéroport d’Alger.
C. B.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): C. B.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..