Jumelage de l’observatoire des filières agricoles: La sécurité alimentaire en jeu

Lesoir; le Jeudi 18 Decembre 2014
2

Dans un contexte économique mondial marqué par
l’instabilité tout azimut des marchés, la maîtrise de l’évolution de
l’économie des filières et des marchés agricoles et agroalimentaires est
plus que d’actualité au regard des impératifs de préservation de la
sécurité alimentaire du pays.

Salah Benreguia - Alger (Le Soir)
Et dans ce sillage que s’inscrit le projet de jumelage dédié à
l’appui au ministère de l’Agriculture pour la création de l’Observatoire
des filières agricoles et agroalimentaires au sein de l’Inraa (Institut
national des recherches agronomiques d’Algérie).
Ledit jumelage qui vient d’être clôturé après une durée de 25 mois
(novembre 2012 à décembre 2014), s’est inscrit dans le cadre spécifique
de l’accord stratégique d’association entre l’Union européenne et
l’Algérie dans le secteur de l’agriculture et de la pêche. Lors d’une
rencontre avec quelques journalistes organisée avant-hier soir à Alger
par l’UGP (l’Unité de gestion du programme d’appui à la mise en œuvre de
l’Accord d’association entre l’Algérie et l’Union européenne), Mohand-Saïd
Benmerad, directeur de cette unité, a fait savoir que l’objectif général
dudit jumelage est «d’améliorer la sécurité sanitaire des produits
alimentaires et d’appuyer la politique algérienne de renouveau agricole
et rural par le renforcement du système d’information et des services
statistiques au service d’une maîtrise accrue des marchés des produits
agricoles et agroalimentaires». «L’objectif spécifique est
l’établissement d’un observatoire des filières agricoles et
agroalimentaires au sein de l’Inraa», selon la même source. Pour ses
initiateurs, l’observatoire est un projet nécessairement ambitieux,
compte tenu de son caractère hautement stratégique pour l’Algérie, comme
outil d’aide à la décision pour les politiques agricoles, mais aussi au
niveau international face aux enjeux de sécurité alimentaire.
D’ailleurs, la création de ce genre de projet a été décidée lors d’une
réunion des ministres de l’Agriculture des pays 5+5 tenue, au courant de
cette année, à Alger. Doté d’une enveloppe de 1,17 million d’euros, ce
projet fait partie d’une série de jumelages qui sont en cours de
réalisation dans le cadre de la deuxième phase du programme P3A2. Il
s’agit de celui ayant trait aux services vétérinaires, médecine
vétérinaire et labellisation des produits agricoles.
S. B.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): S. B.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..