L’immigration en France: De plus en plus européenne, révèlent les statistiques

Lesoir; le Dimanche 21 Decembre 2014
2

Les derniers chiffres sur l’immigration en France
viennent de tomber et font tomber dans leur sillage bien des certitudes
et bien des idées reçues. Publiés sur le site officiel du gouvernement
français, ces chiffres attestent d’un changement bien profond dans la
nature de cette immigration au plan de son importance numérique, de son
origine, de son niveau…
Entre 2004 et 2012, chaque année, deux cent mille immigrés entrent en
France, soit 0,3% de la population française. Dans le même temps, cette
proportion est de 0,6% pour les pays de l’OCDE. Rapportée à la
population, l’immigration en France est aussi la plus faible par rapport
aux autres pays européens. Elle est de 8%, soit 5 millions de personnes
et reste stable depuis les années 1970. C’est dire que les discours
fantasques de l’extrême droite dénonçant une invasion massive d’immigrés
ces dernières années ne tiennent plus la route.
Mais d’où vient cette immigration ? Au regard des statistiques des
entrées en France de 2012, près d’un sur deux immigrés est né dans un
pays européen et trois sur dix sont venus d’Afrique. L’immigration venue
d’Europe provient essentiellement du Portugal, de Grande-Bretagne,
d’Espagne, d’Italie ou encore d’Allemagne. Entre 2009 et 2012, le nombre
d’entrées d’Européens a progressé fortement, de 12 % par an en moyenne.

Le nombre de nouveaux immigrés espagnols et portugais a doublé ou
presque sur cette même période, ce qui est sans aucun doute, la
conséquence de la crise économique qui touche ces pays.

Moins de 2,6% d’immigrés algériens en France entre 2009 et 2012
Quant aux immigrés venant d’Afrique, ils sont, pour plus de la moitié,
issus du Maghreb.
Toujours entre 2009 et 2012, le nombre d’immigrés arrivés en France en
provenance d’Afrique a augmenté légèrement (+1% par an, en moyenne). La
hausse est portée par les entrées d’immigrés originaires du Maroc ou de
Tunisie (+2,4% et +2,9% par an), tandis que celles en provenance
d’Algérie diminuent (-2,6% par an). Moins nombreuses, les entrées
d’immigrés natifs d’Amérique et d’Océanie augmentent de 4% en moyenne
par an et celles des Asiatiques reculent légèrement (-1% par an).
L’immigration en provenance d’Europe survient à des âges un peu plus
élevés que pour les autres continents. Un immigré sur quatre originaire
de Belgique entre en France au-delà de 49 ans et un sur quatre
originaire du Royaume-Uni au-delà de 56 ans.
L’immigration asiatique est plus jeune : un immigré sur deux en
provenance d’Asie arrive en France entre 20 et 33 ans ; en particulier,
un sur deux originaire de Chine arrive âgé de 20 à 26 ans.
Alors que le flux migratoire en France était majoritairement masculin
jusqu’au milieu des années 1970, eu égard aux besoins en main-d’œuvre de
l’Hexagone, cette tendance s’est nettement modifiée aujourd’hui. Les
femmes sont désormais majoritaires dans la population immigrée : parmi
les entrées en 2012, 59% des immigrés originaires d’Asie sont des
femmes.
Pour l’Algérie, comme pour le Maroc d’ailleurs, leurs émigrés en France
pour l’année 2012 sont constitués de 56% de femmes. L’émigration
tunisienne pour cette même année est à 44% féminine.
Enfin, et là aussi contrairement aux idées reçues, 63% des immigrés
entrés en France en 2012 sont au moins titulaires d’un diplôme de niveau
baccalauréat ou équivalent. Les moins diplômés sont les ressortissants
portugais et turcs. Voilà des chiffres qui vont gêner pour le moins
Marine Le Pen et consorts, Zemour (entre autres) et leur ôter tout
argument sur l’immigration envahissante africaine, maghrébine,
algérienne, sale, bête, analphabète…
Khedidja Baba-Ahmed

Categorie(s): actualités

Auteur(s): Khedidja Baba-Ahmed

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..