LE BONJOUR DU «SOIR»: 2013

Lesoir; le Lundi 31 Decembre 2012
2

Par Maamar Farah
Que retenir de 2012 ? Ce ne fut pas la meilleure des années, surtout
pour nous Algériens, victimes des mêmes duperies électorales, d'une
aggravation sans précédent de l'inflation et des mêmes mystifications de
nos dirigeants. Alors que nos richesses sont spoliées, nos ressources
bradées, qu'aucune stratégie industrielle cohérente ne pointe à
l'horizon, que l'agriculture ne produit pas ce qui est essentiel à la
consommation et ce qui est coûteux à l'importation, alors que l'école
sombre dans l'obscurantisme, que l'autoroute ne s'achève pas, que le
commerce ploie sous l'informel, que le tourisme ne démarre pas, que le
sport s'essouffle, que la télé est unique par ses programmes ennuyeux et
bêtifiants, que la TNT, promise pour 2007, tarde à voir le jour, que le
cinéma demeure inexistant, que les arts s'appauvrissent, que l'Internet
est nul, que la 3G est inaccessible encore, que la harga continue, que
les scandales ne s'arrêtent pas, que la corruption nous propulse en tête
des pays les plus touchés par ce mal, que nos villes atteignent des
records de saleté et de tristesse, il y en a pourtant qui applaudissent
; il y en a qui font de beaux éditoriaux et il y en a qui croient qu'ils
ont fait des miracles ! 2013 sera forcément une mauvaise année si les
mêmes responsables restent en place. Au mieux, ils poursuivront la même
politique. Au pire, ils mèneront une politique plus ruineuse encore.
Alors, n'hésitons pas à placer haut la barre de nos vœux : qu'ils
partent ! Qu'ils laissent la place à la jeunesse, à la compétence et à
l'intégrité !
maamarfarah20@yahoo.fr
«Comment qu'ils font les pauvres Mayas qui n'ont plus de calendrier
depuis le 21 décembre 2012 ? Ils font comme certains : attendre 2014 et
zapper 2013 !»
Tata Aldjia

Categorie(s): actualités

Auteur(s): Tata Aldjia

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..