LE BONJOUR DU «SOIR»: Nouria, Manel, Ikram, Feriel et Chahinez

Lesoir; le Dimanche 30 Decembre 2012
2

Par Maamar Farah
Le quotidien Ennahar rapporte qu'une famille de Labiod-Sidi-Cheikh a
«offert» cinq de ses enfants à d'autres foyers, afin de les arracher à
la famine et à la pauvreté. Incapable de nourrir et d'habiller sa
progéniture, Larbi a eu recours à cette ultime solution, quand il a vu
que la situation des siens empirait et qu'aucune perspective
d'amélioration ne pointait à l'horizon.Nouria, Manel, Ikram, Feriel et
Chahinez sont allées à Alger, Tlemcen, Saïda et à El-Bayadh, échappant
ainsi à une vie misérable. L'Algérie de 2012 est un pays riche peuplé de
pauvres. En ignorant l'industrie pour transformer chez nous les matières
premières dont regorge notre terre et faire travailler nos enfants, en
fermant les unités de production, en bradant les mines et les ressources
naturelles, en encourageant l'importation et la fuite des cerveaux, en
favorisant la corruption, l'égoïsme et l'indifférence, la politique
ultralibérale de la dernière décennie a élargi le cercle des chômeurs et
des déshérités. Quand on va jusqu'à se débarrasser de ses gosses pour
les sauver de l'enfer, c'est qu'on a fait définitivement son deuil du
paradis promis par les politiques.
maamarfarah20@yahoo.fr
«Peut-on se débarrasser des adultes ? Cherche famille d'accueil pour
tonton Lekhmissi. Livré avec deux cadeaux : un poster de Belkhadem et
une paire de béquilles en bon état.»
Tata Aldjia

Categorie(s): actualités

Auteur(s): Tata Aldjia

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..