Le coup de bill’art du Soir: Les rois et les royalistes

Lesoir; le Jeudi 18 Decembre 2014
2

Par Kader Bakou
Si la monarchie est restaurée en France, comme le demandent les
royalistes, trois prétendants se disputeront le trône et la couronne.
Louis de Bourbon, né à Madrid en 1974, connu sous le titre de «duc
d’Anjou», porté par son ancêtre Philippe de France (1683-1746),
petit-fils du roi Louis XIV et roi d’Espagne sous le nom de Philippe V,
est considéré par ses partisans, les légitimistes, comme l’héritier de
la couronne de France, sous le nom de «Louis XX».
Henri Philippe Pierre Marie d’Orléans, né le 1933 au manoir d’Anjou, à
Woluwe-Saint-Pierre (Belgique) est le prétendant orléaniste au trône de
France sous le nom de «Henri VII». Il porte les titres de «comte de
Paris» et «duc de France». Il est, pour les orléanistes, le «chef de la
maison de France», par sa position d’aîné des descendants en
primogéniture mâle de Philippe de France.
Le troisième prétendant est Jean-Christophe Napoléon Bonaparte. Né en
1986 à Saint-Raphaël, «Napoléon VII» ou le «Prince Napoléon» est le
descendant de l’empereur Napoléon (1769- 1821).
En Algérie, le dernier souverain, Hussein Dey, a été destitué par la
France en 1830. Depuis cette date et jusqu'à 1962, le type de régime
politique en Algérie a été lié à la France. A l’indépendance, en juillet
1962, l’Algérie est restée une république. Aujourd’hui il n’y a pas en
Algérie des prétendants au trône d’une éventuelle «restauration»
monarchiste. Mais, il y a quand même des «rois», bien particuliers. Dans
le film Hassen Terro et aussi dans un passage de Hassen Niya, Rouiched
se présentait comme étant «le roi de la Casbah». Dans les années 1970,
Hassen Lalmas était surnommé par la presse sportive algérienne «le roi
Lalmas». Il n’était concurrencé que par «le roi» Mustapha Séridi, milieu
de terrain de l’ES Guelma. Pour l’anecdote, «l’Escadron noir» guelmi
était, avec le CS Constantine, la bête noire du grand CR Belcourt qui à
l’époque régnait sans partage sur le football algérien.
«Le roi de la loubia » de la rue Tanger est décédé dernièrement laissant
certainement un trône vacant. A Bologhine (Alger), se trouve une «Maison
de la fille du roi des arts traditionnels». Cette «maison» (une
boutique) est située à quelques mètres de l’imposant Château-Fort, en
restauration actuellement. La fille du roi des arts traditionnels, une
future reine d’Algérie ?
K.  B. 
bakoukader@yahoo.fr  

Categorie(s): culture

Auteur(s): bakoukader@yahoo.fr

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..