LE SOIR DE L'EST

Lesoir; le Mercredi 26 Decembre 2012
2

ATTRIBUTION DE LOGEMENTS SOCIAUX
À MILA
À chaque liste ses mécontents !
Les pouvoirs publics sont tombés dans leur propre piège, concernant
la politique poursuivie jusqu’alors dans l’attribution des logements
sociaux-locatifs.
En effet, à chaque affichage de listes de bénéficiaires de logements,
son lot de mécontents, de manifestations ou carrément d’émeutes et de
batailles rangées ! Comment faire lorsqu’on est pressé de toutes parts,
puisque des instructions parvenant du sommet de l’Etat incitent les
responsables locaux à attribuer tous les logements réceptionnés avant la
fin de l’année en cours, alors qu’on fait face à l’ébullition du front
social, qui manifestera son mécontentement quelle que soit la liste des
bénéficiaires. La wilaya de Mila ne déroge pas à cette règle de la
quadrature du cercle ! Après Grarem (193 logements), Tiberguent (44),
Aïn Melouk (48) Tassadane (37), l’affichage des listes de Teleghma (144)
et Bouhatem (56), le 24 décembre en cours, a provoqué des réactions très
violentes de la part des citoyens qui s’estiment lésés ! En effet, dès
l’affichage de la liste des bénéficiaires des 144 logements de Téleghma,
ce lundi, des centaines de mécontents se sont rassemblés devant le siège
de la daïra, créant un climat d’émeutes et d’anarchie sans précédent.
Des mécontents en furie ont tenté de pénétrer à l’intérieur des bureaux,
après avoir brisé la porte principale d’entrée, avec l’intention,
dit-on, d’agresser physiquement le chef de daïra. N’était-ce
l’intervention énergique et salutaire des forces antiémeutes, la
situation aurait pris une tournure, encore plus grave ! Refusant cette
liste et dénonçant le travail de la commission d’attribution qu’ils
considèrent partiale et largement favorable à certains bénéficiaires qui
n’ouvrent même pas droit au logement, les contestataires ont procédé à
la fermeture du siège de daïra, du chemin de fer au niveau de Zemala, du
CW117 menant vers Constantine ainsi que la RN 100 reliant Téleghma à Aïn
M’lila. A ce jour, la tension est toujours perceptible parmi les
citoyens contestataires qui ne demandent pas moins que l’annulation pure
et simple de cette liste et le respect des critères d’attribution,
énoncés dans le décret exécutif n° 148/08 du 21 mai 2008. En tout cas,
c’est le branle-bas de combat au sein des collectivités locales et
autres responsables à différents niveaux, qui se sont transformés depuis
quelque temps, en véritables sapeurs-pompiers ! Mais jusqu’à quand et où
peut bien mener cette fronde sociale ?
A. M’haimoud

Categorie(s): régions

Auteur(s): A. Mhaïmoud

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..