Le Soir de l’Est: CONSTANTINE Le site du Bardo accueillera un parc citadin de 65 hectares

Lesoir; le Samedi 7 Decembre 2013
2

Jadis, abritant l’un des grands bidonvilles de Constantine, le site
désaffecté du Bardo accueillera, désormais, un parc citadin d’une
superficie de 65 hectares.
Un grand projet, a estimé Dalila Boudjemaâ, qui contribuera à la
valorisation de l’image urbaine de la ville» qui se prépare à accueillir
la manifestation «Constantine, capitale de la culture arabe 2015».
Peu dotée en jardins publics et en lieux de villégiature, dignes de ce
nom, la capitale de l’Est aura, d’ici dix-huit mois, au plus tard, a
affirmé, jeudi dernier, la ministre de l’Aménagement du territoire et de
l’Environnement, son «parc citadin», lequel devrait constituer, «un
havre de verdure» pour les populations de Constantine.
Approuvé par le Conseil du gouvernement la semaine passée, ce «grand
projet», a indiqué Dalila Boudjemaâ, n’est pas uniquement un quelconque
jardin comme l’on pense mais, a-t-elle insisté, «constituera un pôle
écologique et culturel devant contribuer à la valorisation de l’image
urbaine de la ville».
Implanté en plein cœur de Constantine, le parc, confié à un groupement
algéro-italien, s’étalera sur une superficie de 65 hectares et sera
composé de 3 zones intégrées. La première zone, a-t-on noté, accueillera
un jardin botanique, la zone 2 sera réservée à la réalisation du chemin
des gorges appelé aussi chemin de l’eau alors que la troisième zone
située sur la rive droite de l’oued Rhumel sera, elle, aménagée,
notamment, en cascades et forêt. Sur un autre chapitre, la ministre a
révélé que la wilaya de Constantine a bénéficié durant la période
1999-2014 de 25 projets d’un montant total de neuf milliards de dinars.

Selon les explications de cette dernière, le programme en question a
porté sur la réalisation de deux centres d’enfouissement techniques
équipés de centres de tri, de ponts-bascules et de bassin de traitement
de «lixiviats», en sus de la réhabilitation de trois décharges sauvages,
la réalisation de deux déchetteries et notamment la fermeture de trois
autres décharges sauvages et la réalisation d’un jardin botanique à
Djebel Ouahch.
Farid Benzaïd
Sétif
Portes ouvertes sur Cnep-Totale Prévoyance
La Cnep-Banque lance le 10 décembre et pour une durée de 6 jours, au
niveau de ses quatre agences de Sétif, une opération portes ouvertes sur
le produit Cnep-Totale Prévoyance, un produit de bancassurance lancé
depuis près de quatre ans en partenariat avec l’assureur Cardif El
Djazaïr, filiale assurance-vie du groupe bancaire français BNP Paribas.

Durant six jours, le grand public pourra s’informer, auprès des quatre
agences Cnep de Sétif-ville sur ce produit d’assurance de personnes.
Selon la chargée de la communication principale, Mme Nacéra Ibarissen,
c’est un nouveau produit qui sera présenté aux clients qui découvriront
amplement ce produit utile dans un monde fait de catastrophes naturelles
et industrielles, d’accidents de transport, de chômage, etc. En effet,
c’est un nouveau produit d’assurance qui garantit le paiement d’un
capital au bénéficiaire ou ses ayants droit en cas de décès ou
d’invalidité absolue et définitive.
L’offre est déclinée en deux formules selon le communiqué de Cnep
Banque. La première offre prévoyance «décès, invalidité absolue et
définitive couvre toutes causes», quelle que soit la raison. En cas de
décès accidentel, le capital garantie est doublé. Les montants souscrits
sont de 500 000 àw 5 millions de dinars.
La seconde formule est le D/IAD accidentel. Elle couvre les risques
survenus à la suite d’un accident.
Imed Sellami
SITUÉ SUR UNE PLACETTE PUBLIQUE
Un boulodrome avec un mur d’enceinte à El Tarf
D’aucuns estiment que l’érection d’un mur d’enceinte de deux mètres de
hauteur, pour le nouveau boulodrome réalisé au niveau de la placette
publique en face de la résidence universitaire 200 lits et mitoyen des
43 locaux commerciaux, est une véritable gabegie des deniers publics.
Et pour cause, de par le monde, les boulodromes sont des terrains qui se
trouvent à l’intérieur même des placettes et autres jardins publics.
Ils sont une partie intégrante des lieux sans cloisonnements et sans
autres obstacles.
Le mur en cours de construction est en train de balafrer, complètement,
le visage des lieux et réduire comme peau de chagrin l’espace, au grand
dam des amoureux des jardins publics qui adorent disposer d’un havre de
paix pour les loisirs et se détendre des contraintes et contingences de
la vie.
«Les autorités peuvent encore agir et arrêter l’hécatombe du paysage,
les travaux ne sont pas encore achevés et le jardin public peut être
sauvé de la bêtise humaine qui cache bien d’autres desseins».
Daoud Allam
Démantèlement d’un vaste réseau de trafic de drogue à Guelma
16 personnes écrouées
92 kilogrammes de kif traité, 220 comprimés psychotropes, quatre
véhicules, deux grosses motos, des outils de communication et une
compteuse (modèle haut de gamme) de billets de banque, provenant
d’évidence du trafic de stupéfiants constituent l’une des plus grosses
saisies de la gendarmerie de Guelma.
La saisie a été réalisée par la compagnie de Gueulaât Bousbaâ, avec
l’appui des éléments de la Brigade de recherche et d'investigation de la
Gendarmerie nationale de Guelma.
L’affaire était, d’ailleurs, tellement d’une grande ampleur qu’elle a
fait l’objet d'un suivi minutieux et d'une enquête approfondie et
précise. Il y a quelques jours, les enquêteurs avaient obtenu des
renseignements sur l’existence d’un important trafic de drogue dans la
région de Guelma.
L’enquête a permis d’étayer la réalité de l’existence de ce réseau, aux
ramifications nationales, et dont la tête était originaire de l’Ouest
algérien. Sur les 24 personnes arrêtées, 16, parmi lesquelles figure une
femme de 24 ans, ont été placées ce week-end en détention provisoire par
le magistrat instructeur près du tribunal de Guelma.
Quant aux autres personnes, cinq ont été placées sous contrôle
judiciaire et trois ont été libérées. Les individus interpellés, âgés de
22 à 45 ans, sont originaires des wilayas de Guelma, Annaba, Oran,
Batna.
Noureddine Guergour
ACCIDENTS DE LA ROUTE À OUM-EL-BOUAGHI
Une dizaine de décès et 80 blessés sont enregistrés à fin novembre
Dans un communiqué rendu public par la cellule de communication de la
Protection civile d'Oum-El-Bouaghi, il est fait état de
1 215 interventions effectuées par les éléments de la Protection civile
des unités secondaires implantées à travers le territoire de la wilaya.
Le nombre des évacuations de personnes qui font partie des activités de
la Protection civile a atteint près de 800 et ont concerné plus de 700
personnes avec 56 blessés, les accidents de la route et domestiques
enregistrent, quant à eux, 126 cas. Les accidents de la circulation
demeurent les plus meurtriers avec un triste bilan de 80 blessés et une
dizaine de morts pour la même période.
La Protection civile, avec l'ensemble de ses structures, est intervenue
dans plus de 300 cas pour secourir des personnes en danger.
Les incendies, principale activité des sapeurs-pompiers, ont nécessité
34 interventions et dont le bilan est de 3 blessés et deux décès.
Moussa Chtatha

Categorie(s): régions

Auteur(s): Moussa Chtatha

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..