Le Soir de l’Est: SIDA Près de 2 000 porteurs du virus s’ignorent à Annaba

Lesoir; le Jeudi 5 Decembre 2013
2

Entre 1 500 et 2 000 personnes seraient porteuses du virus du sida dans
la région d’Annaba sans le savoir, alors que 20 nouveaux cas de
contamination au VIH/sida ont été enregistrés à Annaba en 2013, dont la
moitié est constituée de femmes, indique l’association AnisS de Lutte
contre les IST/sida et de promotion de la santé, dont le siège est
implanté dans cette ville de l’est algérien.
Ce dernier chiffre représente les personnes dépistées au niveau des
structures de santé, précise la même source. Dans son communiqué rendu
public mardi, à la faveur de la célébration de la Journée internationale
de lutte contre ce fléau, l’association AnisS fait état d’une conférence
organisée au palais de la culture de Annaba, en partenariat avec la DGSN.

Elle avait pour but la sensibilisation de quelque 400 officiers et
stagiaires relevant de la Sûreté de cette wilaya aux enjeux que
représente le sida et aux modes de transmission et de prévention de la
maladie.
A cette occasion, le Dr Zahéra Boudiaf, maître-assistante au service des
maladies infectieuses du CHU de Annaba a animé une conférence abordant
l’historique de la maladie, les statistiques, l’histoire naturelle de
l’infection à VIH, les modes de transmission et de prévention et le
dépistage.
Suivie d’un riche débat, la conférence a été ponctuée par des séries de
questions-réponses.
Parallèlement à cette conférence, des brochures éducatives, des rubans
rouges et une exposition sur le VIH/sida ont été animés par les
intervenants d’AnisS. Par ailleurs, le plan d’action d’AnisS pour la
célébration de cette année, comporte l’organisation d’une campagne
ciblant plusieurs régions de l’est algérien avec le partenariat du
Centre de référence sur le VIH, de la Direction de la santé et de la
population, du Croissant-rouge algérien, des cellules de proximité de
l’agence de développement social et de l’Association algérienne de
planification familiale. Présidée par le jeune et dynamique Dr Soufi
Scander, l’association AnisS a célébré récemment son dixième
anniversaire.
Dr Scander Soufi, qui est également coordinateur du réseau algérien
contre le sida (ANAA), a été désigné tout récemment parmi les sept
acteurs emblématiques des droits humains universels pour l’année 2013.
C’était lors de la réunion annuelle, la semaine passée à Paris, des
acteurs de solidarité internationale.
Sur les sept lauréats, Dr Scander Soufi s’est vu attribuer la
distinction récompensant son engagement pour le «droit à des services de
santé de qualité pour tous», notamment auprès des personnes vivant avec
le VIH.
A. Bouacha
Hamadi-Krouma (Skikda)
Éboulements et poteaux électriques, un danger pour les habitants
Les 53 logements d’El Kharouba, dans la commune
de Hamadi-Krouma, risquent l’effondrement pour cause d’éboulements
constatés au niveau des petites hauteurs longeant le CW12.
Le retard dans l’achèvement de construction du mur de soutènement,
entrant dans le cadre du projet de dédoublement de la voie reliant
Hamrouche-Hamoudi à Larbi Ben-M’hidi, en est la cause.
Les habitants n’ont cessé d’alerter les autorités compétentes du danger
qu’ils encourent, notamment leurs enfants. Le danger a été également
accentué par la forte circulation constatée au niveau de ce chemin de
wilaya. Les moyens de transport en commun desservant les lignes de Larbi
Ben-M’hidi, Filfila, Salah-Chebel, à partir de la gare routière
Mohammed-Boudiaf, concourent justement, à travers les fortes vibrations
induites par leur vitesse, à aggraver le risque d’effondrement du talus.
Et ce n’est pas seulement cela.
Les poteaux électriques, basse et moyenne tension, menacent également la
vie des habitants.
L’hiver, qui annonce sa rudesse, contribuera si jamais des mesures
adéquates ne sont pas prises dans l’immédiat, à précipiter les dégâts.
El Kharouba, Messouna, Barrot et autres lotissements de Hamadi-Krouma,
l’une des trois communes de Skikda et l’une des plus riches communes du
pays, devraient avoir un petit moment d’attention de la part des
autorités compétentes.
Zaïd Zoheir
JIJEL
Le calvaire qui persiste à Ghebar
Les habitants de la localité de Ghebar relevant de la commune de Taher
vivent un vrai calvaire. En effet, ils déplorent les conditions de
scolarité de leur progéniture qu’ils jugent difficiles, notamment, en
ces temps de grandes pluies.
Située aux frontières des communes de Taher, Chekfa, Chahna, les élèves
de cette localité sont contraints de parcourir une longue distance à
pied, quotidiennement, pour rejoindre leurs établissements, faute d’une
école au niveau de leur localité, ce qui contraint les pères de familles
à répartir leur progéniture dans les établissement de ces trois
communes.
Les élèves courent un risque en traversant quotidiennement Oued Nil. Un
vrai danger les guette, particulièrement en ces temps de fortes pluies.
Face à ce calvaire qui persiste, ils interpellent les services concernés
de la commune de Taher pour satisfaire leurs doléances afin qu’ils
puissent assurer une scolarité à leurs enfants plus ou moins acceptable.

Bouhali Mohamed Cherif
Mouvement de protestation à Algérie Télécom
La tension monte au sein d’Algérie Télécom. Après trois jours de
protestation à Actel d’Azzaba, c’est au tour des unités de Skikda (les
allées du 20-Août 55 et Zighoud-Youcef) et de Collo de rejoindre le
mouvement de contestation.
Une solidarité motivée par la décision de licenciement dont a fait
l’objet le directeur de l’unité de Azzaba. Selon le représentant des
travailleurs, celui-ci a été mis fin à ses fonctions par le directeur
d’Algérie Télécom pour avoir refusé d’obéir à une instruction verbale de
son responsable, liée au fait d’accorder un véhicule de marque Spark,
destiné seulement aux services commerciaux, selon les directives de la
direction générale d’AT, à un autre service.
Pour justifier son refus d’obtempérer, le premier cité a avancé
l’argument selon lequel toute décision doit être notifiée. Sur ce, le
directeur d’AT lui a transmis une notification accompagnée d’une autre
stipulant le relèvement de ses fonctions !
Selon le représentant des travailleurs, le directeur de l’unité d’Azzaba
n’a été destinataire d’aucun questionnaire, ni d’une convocation pour
assister à un conseil de discipline. Joint par téléphone, le directeur
de la Poste et des Télécommunications de la wilaya de Skikda, Dine
Hassen, a interprété ce mouvement comme une journée de protestation qui
a duré, en ce qui concerne Actel de Skikda, toute la matinée de
mercredi. Selon notre interlocuteur, l’important est d’assurer le
service aux citoyens.
A notre question de savoir si la réintégration du directeur de Azzaba,
préalable à l’apaisement de la situation, sera effectuée ou non, il a
répondu que c’est un volet à étudier incessamment.
Z. Z.
Activités de la protection civile de Mila
Trois morts et une dizaine de blessés évacués en 2 jours !
Les services de la Protection civile à Mila ont été appelés à intervenir
à maintes reprises ces dernières 48 heures, pour évacuer des dépouilles
et secourir des blessés.
Ainsi, l’unité d’Oued-Athmania a été sollicitée, le 3 décembre vers 5
heures du matin, pour évacuer vers la morgue de la ville, le corps d’un
adolescent, L. N. âgé de 19 ans, qui a, selon les premiers éléments
d’enquête, chuté de la fenêtre d’une chambre située au 1er étage du
domicile parental (R+1). La victime a eu de sérieuses blessures à la
tête.
Durant cette même journée, des éléments de l’unité secondaire de la
Protection civile de Grarem sont intervenus pour évacuer vers la morgue
et les urgences de l’hôpital de la ville, 1 mort, B. A. âgé de 56 ans,
et 10 blessés, suite à un accident de la circulation survenu à proximité
de la localité de Sibari (Grarem) sur la RN 27, impliquant un minibus de
marque Toyota, assurant la liaison Mila-Jijel qui s’est renversé pour
des raisons qui restent à déterminer. A Chelghoum-Laïd, les éléments de
la Protection civile ont été alertés, ce mercredi 4 décembre, à 9 heures
du matin, pour transporter la dépouille du jeune B. D. âgé de 26 ans,
asphyxié probablement au monoxyde de carbone dans son local commercial,
situé à la cité Didouche-Mourad, à Chelghoum-Laïd.
A. M’haimoud
Guelma
24 individus arrêtés et 92 kilogrammes de kif saisis
24 suspects, âgés entre 20 et 45 ans , ont été arrêtés la semaine
dernière par les éléments de la Gendarmerie nationale de Guelma, suite à
la saisie d'une quantité importante de drogue, a-t-on appris mardi de
source proche de l'enquête. Celle-ci révèle qu'au cours de cette
opération, les gendarmes de la compagnie de Guelaât Bousbaâ ont saisi 92
kilogrammes de kif traité et 220 comprimés de psychotropes, précisant
par ailleurs que les prévenus sont originaires des wilayas de Guelma,
d'Annaba, d'Oran et de Batna.
La même source indique que ce coup de filet a été réussi grâce à une
information parvenue aux enquêteurs, faisant état de la présence, à
Guelma, d'un important dealer qui écoule du kif traité provenant de la
ville de Annaba.
N. Guergour

Categorie(s): régions

Auteur(s): N. Guergour

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..