Le Soir de l’Ouest: Les travailleurs de l’ADE MOSTAGANEM interpellent l’union locale UGTA Un retrait de confiance formel et catégorique pour le nouveau bureau syndical

Lesoir; le Dimanche 21 Decembre 2014
2

Il faut souligner que le remous syndico-syndical ne date pas
d’aujourd’hui et trouve sa genèse depuis 3 années de paralysie de
syndicat doublée d’une grande pénalité du gel des œuvres sociales
consistant en des millions de dinars de fonds cumulés dont
malheureusement le moindre travailleur n’a pu profiter.
La confusion dans le cautionnement et la désignation des personnes ont
repris le dessus, au détriment de la représentativité exprimée par le
suffrage des travailleurs de l’entreprise. Le renouvellement de la
section syndicale de l’unité de wilaya de l’entreprise avait commencé,
le plus normalement du monde, par l’organisation d’élections à l’issue
desquelles les travailleurs, répartis selon leur lieu d’affectation,
avaient désigné leurs représentants syndicaux classés au prorata du
nombre de voix obtenues, dont l’assemblée devait, logiquement et
légitimement, élire la section représentative de toute l’unité.
Seulement, à la grande surprise des meilleurs classés des 9 sites
d’affectation des personnels, parmi lesquels devait émerger le
secrétaire général de la section de l’entreprise, c’est un ancien
responsable syndical, malgré le fait que mal classé et particulièrement
décrié par ses pairs, qui se retrouva reconduit à la tête de la section,
avec des collaborateurs tout autant mal classés.
Les 9 coordinateurs, frustrés de voir leur classement remis en cause et
bafoué, criant au scandale, se déclarent opposés à la désignation de
ladite personne, lui signifiant un retrait de confiance formel et
catégorique, lit-on dans une pétition signée par une grande majorité des
élus syndicaux, adressée au SG de l’Union de wilaya de l’UGTA.
Pire, voulant forcer la main des contestataires, une partie triée au
volet, notamment ceux en charge des affaires sociales, a été conviée par
téléphone, à une assemblée en vue d’élire le bureau chargé de la gestion
des œuvres sociales de l’entreprise.
Les travailleurs de l’ADE ont dans une lettre interpellé la tutelle,
l’union locale UGTA et même la Centrale syndicale dénonçant ainsi le
choix de ce nouveau bureau s’autoproclamant représentant légitime au
grand dam des travailleurs.
A. B.

Aïn-Témouchent
La route nationale 101 dans un état déplorable
De nombreux automobilistes particulièrement les chauffeurs de taxi
fréquentant la route nationale 101 reliant Aïn-Témouchent à
Sidi-Bel-Abbès manifestent leur désappointement devant l'état déplorable
de cette voie de communication.
Cette route est dans un état déplorable notamment le tronçon entre la
localité Chentouf et H'maïna dans la commune de Oued-Berkèche, une
distance de presque 1 km qui est dans un piteux état, ce qui irrite au
plus haut degré tous ceux qui empruntent cette route, surtout les taxis
qui la sillonnent à longueur de journée.
Ce tronçon dont le bitume par endroits est déblayé ou partiellement
arraché notamment par les dernières pluies, a fait que cette route est
détériorée et par conséquent, elle présente un réel danger pour les
usagers en raison de nombreux nids-de-poule et des trous remplis par les
eaux de pluie à tel point que les automobilistes sont contraints de
faire le parcours du combattant pour les éviter. Même souffrance pour
les piétons et les cyclistes qui sont obligés de se frayer péniblement
un passage entre ces nombreuses crevasses. Bien qu'un projet de
réhabilitation et de réfection de cet axe routier soit à l'étude au
niveau de la direction concernée, il est plus qu'urgent que celui-ci
soit lancé en vue d'en finir avec les souffrances des usagers de cet axe
routier qui est à l'origine de nombreux accidents de la circulation.
S. B.

Chlef
Enlèvement de deux collégiens
Cet événement gravissime a eu pour théâtre la cité de Hay el Houria
(communément appelée la Ferme).
Jeudi dernier, à la sortie des classes du CEM Quartier, à midi, deux
individus encagoulés ont poussé sans ménagement les deux victimes âgées
d'une douzaine d'années, dans un véhicule. Ils leur ont mis un bandeau
sur les yeux et un adhésif sur la bouche. Ceux qui ont assisté à la
scène ont alerté le commissariat le plus proche et les forces de
sécurité ont réagi rapidement. Le secteur a été immédiatement bouclé.
Se sentant cernés, les malfaiteurs ont relâché les enfants dans la
nature. La psychose de l'enlèvement s'est emparée des habitants de Chlef
et cet évènement est devenu le sujet principal de discussion.
Medjdoub Ali

DSP NAÂMA
Journée d’étude sur la leishmaniose
La Direction de la santé et de la population de la wilaya de Naâma a
organisé la semaine écoulée une journée d’étude en collaboration avec
les services de l’APC, sur les préventions et la lutte contre les
maladies épidémiologiques, notamment la leishmaniose et la rage, des
risques de contamination qui menaçent la santé publique.
Cette rencontre qui a regroupé l’ensemble des acteurs de la médecine et
de la société civile, a été présidée par le premier responsable de la
wilaya, M. Mohamed Hamidou.
Pour rappel, le bilan des dernières années de la DSP fait état d’un
recul de la leishmaniose passant de 892 cas en 2011 contre 587 en 2012
et 228 cas en 2013 et un peu plus de 100 cas en 2014.
Par ailleurs, 164 sujets de morsures de chiens ont été enregistrés
durant l’année 2013, comme il a été sujet lors de cette rencontre de PS
(piqûres scorpioniques) et de brucellose. Alors que la prévention
demeure l’aspect primordial pour épagner des vies humaines. Rappelons
que M. Boudiaf, ministre de la Santé, lors de sa dernière visite dans la
wilaya, s’est inquiété des chiffres alarmants de la leishmaniose, et
pour conforter la population, il dira qu’une équipe spécialisée dans
l’éradication de ce fléau sera dépêchée prochainement dans la wilaya
pour procéder au traitement des foyers.
De toutes les promesses faites à la population locale par le ministre,
seule celle de la mutation du DSP vers Tindouf a été tenue.
B. Henine

Sidi-Bel-Abbès
Des habitants menacent d’incendier l’APC de Sidi Lahcen
Le chef-lieu de Sidi Lahcen a vécu, dans l’après-midi de jeudi dernier,
un moment houleux, suite à une vive contestation des habitants qui
s’opposaient à l’attribution de cinq logements sociaux à des familles de
victimes du terrorisme.
En effet, ils étaient nombreux à s’agglutiner devant le siège de la
daïra, exigeant l’annulation de cette attribution au profit de familles
étrangères à la localité. Les manifestants se sont regroupés devant la
daïra avant de se diriger vers le siège de l’APC menaçant de
l’incendier, certains portaient même des bonbonnes de gaz butane, nous
ont confié des témoins. 
La confusion était totale et les riverains proches de ces
administrations ont craint pour la vie de leurs familles, nous ont dit
des habitants. Face à la détermination des citoyens prétendant à des
logements sociaux qui se jugeaient prioritaires par rapport à ces
familles venues d’ailleurs, selon eux, le chef de daïra aurait, pour
apaiser les esprits, promis d’annuler l’attribution en attendant le
résultat de l’enquête au sujet de cette supposée «étrangeté» à la
localité.
A. M.

Categorie(s): régions

Auteur(s): A. M.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..