Pétrole: L’Opep reste prudente

Lesoir; le Jeudi 5 Decembre 2013
2

La prudence, l’Organisation des pays exportateurs de
pétrole (Opep) semble la privilégier. Réunis hier à Vienne, lors de la
164e réunion ministérielle de l’organisation, les ministres du Pétrole
ont décidé le maintien du plafond de production, fixé depuis décembre
2011 à 30 millions de barils/jour.
«Trente millions de barils par jour est la production totale approuvée
par l'Opep pour 2014», déclarait le ministre iranien du Pétrole, Bijan
Namadar Zanganeh.
Une décision prévisible dans la mesure où la majorité des membres de l’Opep
y étaient enclins, estimant inopportune toute réduction.
Une position que le ministre de l’Energie et des Mines, Youcef Yousfi,
avait motivée par le fait que le marché international est «bien
approvisionné» et que les prix actuels «satisfont» les producteurs et
consommateurs. Des prix, notons-le, qui restent assez élevés, fluctuant
entre 100 et 120 dollars le baril pour le brent. Une attitude que le
ministre saoudien du Pétrole, Ali Al-Nouaïmi avait également justifiée
par le fait que «le marché est dans la meilleure situation possible. La
demande est excellente. La croissance économique s’améliore. Pourquoi
abaisser ?».
En actant ainsi, l’Opep s’est voulue sereine malgré les incertitudes
liées à la demande de son brut, susceptible de diminuer d’un peu plus de
300 000 barils, voire de 900 000 barils par jour selon l’Agence
internationale de l’énergie (AIE). Sereine, l’Opep l’est également par
rapport à la probabilité d’une augmentation à terme des exportations
pétrolières de l’Iran, revenant à son niveau de 4 millions de
barils/jour avant les sanctions, de celles de l’Irak, estimées à 1,2
million barils/jour et celles de la Libye, revenant à un niveau de 1,5
million de barils/jour. Comme l’organisation ne s’inquiète pas outre
mesure, de l’augmentation de l’offre hors-Opep, notamment celle du
pétrole de schiste aux Etats-Unis. Ainsi, malgré le risque d’une autre
chute des prix, la possibilité d’une forte augmentation de la production
Opep, engagée dans une bonne dynamique d’investissements dans l’amont et
l’aval, l’organisation a considéré le statu quo comme bénéfique.
Le statu quo, l’organisation l’a également privilégié en maintenant à
son poste l’actuel secrétaire général, Abdellah El Badri, reconduit
depuis décembre 2012, après deux mandats de trois ans depuis le 1er
janvier 2007.
Une reconduction pour une année, a précisé Youcef Yousfi.
C. B./Agences

Categorie(s): actualités

Auteur(s): C. B./Agences

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..