RÉSORPTION DU COMMERCE INFORMEL: 10 000 cas provisoirement régularisés

Lesoir; le Lundi 31 Decembre 2012
2

Avec la nouvelle formule de gré à gré pour les passations de marché dans le secteur public, décidée à l’issue du dernier Conseil des ministre, le département de Mustapha Benbada entamera bientôt la construction d’espaces pouvant abriter les commerçants qui exerçaient dans un cadre informel.
Mehdi Mehenni - Alger (Le Soir) - La campagne lancée par le
gouvernement Sellal, en vue d’éradiquer les commerces informels semble
se poursuivre dans de bonnes conditions. Le ministre du Commerce,
Mustapha Benbada, qui s’exprimait hier, à l’occasion d’une conférence de
presse, tenue au Palais des expositions des Pins-Maritimes (SAFEX), a
fait savoir que son département a accordé des cartes professionnelles
provisoires à 10 000 commerçants qui exerçaient dans l’informel et qui
se sont rapprochés des Chambres de commerce pour régulariser leur
situation. Le ministre a toutefois souligné que 40 000 autres cas sont
en instance. La nouvelle formule de gré à gré pour les passations de
marchés dans le secteur public, initiée à l’issue du dernier Conseil des
ministres permettra toujours, selon Mustapha Benbada d’entamer
rapidement la construction d’espaces pouvant abriter les commerçants qui
exerçaient dans la clandestinité. «Nous avons pris contact avec le
groupe industriel étatique Batimétal en attendant de prendre attache
avec d’autres entreprises publiques», a-t-il précisé.
37% des sociétés n’ont pas accompli le dépôt des comptes sociaux
Sur un autre chapitre, Mustapha Benbada a indiqué que 37 % des
sociétés commerciales de personnalité morale n’ont pas accompli le dépôt
des comptes sociaux au titre de l’exercice 2012, au niveau du Centre
national de registre de commerce (CNRC). «Cela peut souvent se justifier
par l’ignorance ou l’insouciance des concernés, mais une chose est sûre,
nous allons leur adresser des mises en demeure pour régulariser leur
situation, et s’ils persistent dans la même attitude, nous allons
carrément entamer des poursuites judiciaires à leur égard», a-t-il
menacé. Enfin, le ministre est revenu sur l’obligation faite aux
commerçants d’assurer la permanence durant les jours fériés, expliquant
qu’il revient aux walis d’organiser l’ouverture et la fermeture des
commerces, les départs en congé… pour répondre aux besoins des citoyens.

M. M.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): M. M.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..