RÉVISION DU SYSTÈME DE RETRAITE: Le recul de l’UGTA

Lesoir; le Vendredi 6 Decembre 2013
2

La Centrale syndicale UGTA veut-elle jouer les
prolongations dans le dossier portant révision de certaines dispositions
de retraite ? Tout porte à le croire. La rencontre à huis clos qui a
regroupé, le week-end dernier, le secrétariat national avec les
secrétaires généraux des fédérations, sous la présidence de Sidi Saïd,
laisse penser que l’UGTA veut rattraper le terrain perdu dans ce
dossier.

Abder Bettache - Alger (Le Soir) - Selon des indiscrétions, la
rencontre en question a permis aux cadres syndicaux de l’UGTA d’exprimer
leur mécontentements, mais surtout celui de la base syndicale et des
travailleurs, suite à la décision prise par la tripartite au sujet de la
révision de certaines dispositions relatives au départ à la retraite. A
ce propos, nos sources laissent croire que l’UGTA, à travers ses
représentants au sein de la commission de révision plaidera pour le
principe de la suppression de la disposition portant la retraite
proportionnelle.
Quant aux autres dispositions telles que la retraite anticipée et celle
sans condition d’âge, les représentants de la Centrale syndicale
avanceront des arguments à même de les maintenir en l’état, arguant que
«seule le système de départ à la retraite proportionnelle risque de
provoquer des déséquilibres pour la Caisse nationale de retraite (CNR)».

Les propositions de l’UGTA seraient également d’ordre technique,
puisqu’on indique que «la proposition de prendre en considération les
métiers spécifiques sera largement défendue». Cette montée au créneau de
l’UGTA fait suite à l’autre montée au créneau, en l’occurrence celle des
syndicats autonomes qui semblent occuper sur ce chapitre le terrain de
la revendication syndicale.
Pour rappel, l’’annulation de certaines dispositions relatives au départ
à la retraite décidée à l’issue de la dernière tripartite a soulevé la
colère des syndicats notamment ceux se revendiquant d’autonomes.
Ainsi, des syndicats du secteur de l’éducation ont réagi à la décision
de la dernière tripartite portant annulation de la retraite
proportionnelle. L’Unpef et la Fédération de l’éducation affiliée au
Snapap ont fortement critiqué cette mesure qui symbolise «une atteinte
aux acquis sociaux des travailleurs».
«A l’heure où on attendait une amélioration des conditions
socioprofessionnelles des travailleurs de la Fonction publique, le
gouvernement nous surprend avec une décision prise en concertation avec
l’UGTA qui ne représente nullement les travailleurs», écrit l’Unpef dans
un communiqué qu’il a rendu public. Selon l’Unpef l’Etat a, une nouvelle
fois, fait fi des conventions internationales ratifiées par l’Algérie et
de la loi qui stipule, pourtant, respect de la liberté et de la
pluralité syndicale. Il est injuste, estime l’Unpef que le patronat soit
représenté par 10 organisations alors que les travailleurs, notamment de
l’éducation, n’ont pas été légitimement représentés. Même son de cloche
du côté de la fédération du secteur de l'éducation affiliée au Snapap.
La fédération du secteur de l'éducation «dénonce énergiquement et d'une
façon catégorique la révision du système de retraite proportionnelle»
qu’elle qualifie de «mascarade». Il s’agit, précise le syndicat, d’une
atteinte à «un acquis irréversible».
Le syndicat Snapap du secteur de l'éducation prévient qu’il usera de
toutes ses forces et instruments légaux en vigueur pour défendre ce
droit acquis. Il lance un appel à toutes les organisations syndicales
autonomes et tous les travailleurs de bouger en restant vigilants.
A. B.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): A. B.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..