Séminaire sur «Les manuscrits algériens dans l’ouest-africain» à Adrar: Nécessité de l’authentification scientifique

Lesoir; le Samedi 7 Decembre 2013
2

Les participants à un séminaire sur «Les manuscrits
algériens dans l’Ouest africain», organisé à l’université d’Adrar, ont
mis l’accent sur l’importance de l’authentification scientifique du
patrimoine manuscrit. Les intervenants, professeurs et chercheurs et
passionnés de manuscrits, ont souligné la nécessité de procéder à
«l’authentification scientifique du patrimoine manuscrit et sa mise à la
disposition des générations montantes».
Les intervenants ont aussi mis en avant l’importance des nouvelles
technologies dans la conservation du patrimoine manuscrit, à l’instar de
la numérisation. Dans ce contexte, le docteur Moulay Ahmed, de
l’université d’Oran et membre de l’instance chargée des manuscrits
islamiques à l’université de Cambridge (Royaum-Uni) a démontré
l’importance de la numérisation dans la conservation des manuscrits et
la facilité de leur récupération et publication, afin d’en faire
profiter le plus grand nombre de personnes. Les travaux de la rencontre,
organisée par le Laboratoire des manuscrits algériens de l’ouest
africain relevant de l’université d’Adrar, en présence de professeurs
d’université, algériens et étrangers, se poursuivent avec des
interventions sur différents thèmes. Ceux-ci ont trait aux «Mécanismes
juridiques de conservation des manuscrits», «Le patrimoine manuscrits
des oulémas algériens dans l’Ouest africain», «Les manuscrit du Centre
Cheikh Mokhtar El-Kenti El-Kebir de recherches et d’archivage de Gao
(Mali)». Cheikh Hadj Brahim Ben Mohamed Tellai (natif de Beni-Izguen,
Ghardaïa, en 1926), une éminente personnalité dans le domaine de
l’authentification des manuscrits en Algérie, a été honoré à cette
occasion, pour ses efforts depuis 40 ans dans le domaine.
La rencontre scientifique vise à faire connaître le patrimoine culturel
algérien manuscrit qui a contribué au rayonnement culturel dans l’Ouest
africain et à valoriser les efforts des anciens pour sa conservation, a
indiqué le directeur du laboratoire précité, Dr Ahmed Djaâfri.

Categorie(s): culture

Auteur(s): lesoir

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..