Sétif : Émeutes à Aïn Arnat

Lesoir; le Vendredi 6 Decembre 2013
2

La localité d’Aïn Arnat, située à 7 kilomètres du
chef-lieu de wilaya, a vécu, dans la soirée de dimanche dernier, de
violentes échauffourées entre ses habitants et les brigades anti-émeutes.
Ainsi, des édifices publics ont été attaqués, des véhicules de
particuliers saccagés et des panneaux de signalisations et des
lampadaires détruits.
Une trentaine de personnes ont été interpellées par les services de
sécurité. Ces actes de violence sont intervenus suite à la décision des
responsables locaux et notamment le chef de daïra d’attribuer une partie
des logements sociaux destinés préalablement aux habitants d’Aïn Arnat à
ceux occupant les bidonvilles de la cité Chouf-Lekdad, dépendante de la
daïra de Sétif et ce, dans le cadre de la résorption de l’habitat
précaire (RPH). Une décision qui a suscité la colère des habitants d’Aïn
Arnat qui se sont estimés être victimes de la hogra et de la
marginalisation.
Les protestataires ont réclamé l’annulation de cette décision et la
présence du wali. En attendant l'hypothétique venue du premier magistrat
de la wilaya, les contestataires s'en sont pris, à coups de pierres, aux
sièges de l’APC et de la daïra.
Ces derniers se disent déterminés à aller jusqu’au bout pour recouvrer
leurs droits menacés par une «spoliation». Les manifestants ont, par
ailleurs, fermé à la circulation la route nationale n°5 au moyen de
branchages et de pneus brûlés. Les forces anti-émeutes réquisitionnées
pour la circonstance ont fait usage de bombes lacrymogènes pour déloger
les manifestants qui occupaient le siège de la daïra et disperser la
foule des protestataires. Jusqu’à hier après-midi, la tension était
toujours perceptible dans la ville. Les habitants sont unanimes: ils
exigent l’annulation pure et simple de cette décision «dépourvue de
sens».
«Ces logements appartiennent uniquement aux habitants de la ville d’Aïn
Arnat. La liste des bénéficiaires a été affichée et même un tirage au
sort, désignant l’appartement de chacun, a été effectué.
On attendait juste de recevoir nos clés. Et maintenant on vient nous
dire que ces logements ne seront pas pour nous, mais pour des gens
étrangers à la ville et qui n’y résident même pas. Il n’est pas question
pour nous d’accepter cette décision irréfléchie qui va nous priver d’un
toit décent qu’on attendait depuis des années.
Imed Sellami

Categorie(s): actualités

Auteur(s): Imed Sellami

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..