Téléphonie mobile 3G+: «La commercialisation avant la fin décembre», promet Derdouri

Lesoir; le Mercredi 4 Decembre 2013
2

«La commercialisation de la 3G+ interviendra au plus
tard la fin du mois en cours.» C’est là l’engagement de la ministre de
la Poste et des Technologies de l’information et de la communication.
M. Kebci - Alger (Le Soir)
Un engagement solennel pris hier par Zohra Derdouri dans son allocution
prononcée au cours de la cérémonie de notification officielle des
décrets exécutifs (du 2 décembre 2013 parus dans le Journal officiel
N°60) d’approbation de l’attribution des licences aux opérateurs qui ont
été déclarés adjudicataires provisoires en date du 14 octobre 2013 tel
que prévu dans le calendrier fixé initialement dans le règlement d’appel
à concurrence.
Et la ministre, pour qui ce jour était «historique que nous attendons
depuis toujours», a tenu à souligner que le processus d’attribution de
ces licences s’est déroulé «conformément aux dispositifs législatifs et
réglementaires qui l’encadrent. Il a été transparent et mené avec
beaucoup de professionnalisme et d’abnégation de la part du gouvernement
à travers le MPTIC et l’ARPT ainsi que de la part des opérateurs qui ont
participé à l’appel à concurrence lancé le 1er août 2013». Et
d’enchaîner par dire que la décision prise en juillet 2013 par le
gouvernement pour l’introduction du haut débit mobile à travers l’octroi
de ces licences pour le déploiement de réseaux mobiles de troisième
génération «inscrit résolument l’Algérie dans la voie de développement
d’une économie numérique fondée sur la connaissance et l’intégration des
technologies de l’information et de la communication à tous les niveaux
de la vie du citoyen». Ceci non sans émettre son souhait que le
déploiement de ces nouvelles technologies «contribue fortement à la
généralisation de l’usage des TIC et stimule la croissance économique à
travers la création de nouvelles richesses et l’émergence d’une économie
d’innovation conséquente».
Derdouri a eu aussi à s’expliquer sur ce retard purement «technique»,
a-t-elle précisé, avant de souligner l’obligation d’un numéro à part
pour tout prétendant à la 3G. «Nous ne voulons pas qu’il y ait confusion
entre le flux et le volume de la 2G avec ceux de la 3G.» Mais il n’y a
pas que cet argument car il est aussi question de traçabilité, notamment
en ce qui concerne la fiscalité liée à cette nouvelle offre car «chaque
licence ayant sa propre fiscalité». Et puis, a expliqué, pour sa part,
le président du conseil de l’ARPT, Mohamed Toufik Bessaï : «Nous n’avons
pas encore atteint le niveau de la licence globale comme c’est la cas
ailleurs.» Et de soutenir qu’il est question de l’analyse tarifaire car
il n’est pas question de nous «tromper sur le chiffre d’affaires des
opérateurs».
Et avant la commercialisation effective, les opérateurs auront à déposer
leurs offres tarifaires que l’ARPT aura à étudier. Mais une chose est
certaine, a promis la ministre, «la commercialisation de la 3G+
interviendra avant la fin de l’année en cours, invitant, dans la foulée,
les opérateurs à jouer le jeu de la transparence et de la loyauté, leur
donnant rendez-vous dans cinq ans pour la couverture totale du
territoire national comme prévu dans le cahier des charges.

La puce à 2 numéros de Nedjma Ooredoo
Animant une conférence de presse juste après cette cérémonie, le premier
responsable de Nedjma Ooredoo a, en premier lieu, tenu à remercier les
plus hautes autorités du pays pour la signature de ce décret de la 3G+.
Et à Joseph Ged de déclarer sa fierté de prendre part à cette «étape
importante et nous mobiliserons tous les moyens nécessaires pour en
faire un succès». Promettant le début de la commercialisation des
services de la 3G+ dès la semaine prochaine, l’opérateur, ayant déjà
formulé ses offres tarifaires à l’ARPT, Ged promet de mettre en
application toute l’expérience capitalisée par Nedjma Ooredoo en matière
d’internet mobile et sa stratégie innovante dans l’encouragement à la
création de contenus et d’applications mobiles. Dont une couverture
exceptionnelle dans les 10 wilayas revenues à l’opérateur et notamment
une migration facile d’un numéro 2G à celui 3G.
Et pas que cela puisque Ged évoquera la puce à deux numéros que
l’opérateur proposera à ses clients prochainement, façon d’épargner à
ces derniers l’effort financier d’acquérir un second portable et une
deuxième puce.
M. K.

Categorie(s): actualités

Auteur(s): M. K.

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..