USINE RENAULT EN ALGÉRIE: DE FATIA À RENAULT: Les vœux des Algériens seront-ils exaucés ?

Lesoir; le Mercredi 26 Decembre 2012
2

Les Algériens ont attendu longtemps avant que le projet d’une voiture bien de chez eux n’arrive à un stade de concrétisation avancé. Depuis la chimérique Fatia jusqu’à la Symbol au losange, c’est trois décennies d’espoirs et de rêves inaccessibles. C’est aussi des besoins en mobilité individuelle, familiale et collective qui n’ont fait que croître à un rythme effréné alors que la défaillance de la collectivité dans ce domaine s’est profondément accentuée en dépit d’une amélioration toute relative dans certains centres urbains.
Aujourd’hui, l’espoir est permis, une industrie automobile semble se
dessiner à l’horizon 2014 avec ce projet Renault à Oued- Tlélat, en
produisant un de ses phares dans notre pays. L’engagement de l’Etat à
travers la SNVI et le Fonds national d’investissement et la
disponibilité du constructeur français constituent à ce titre un gage de
garantie pour que ce partenariat aille jusqu’au bout. Les déclarations
des différents responsables au lendemain de la signature de cet accord
confortent cette thèse en promettant la sortie de la voiture des
installations de Oued-Tlélat vers la fin de l’année 2014. Le choix de
Symbol tiendrait compte certainement de son adaptation aux attentes de
la clientèle algérienne et surtout qu’elle a été pendant des années son
véhicule de choix. Et au-delà de Nouvelle Symbol, c’est la symbolique
historique de ce projet permettant à Renault d’être le premier
partenaire de l’Algérie dans l’édification d’une industrie automobile.
«Renault est fier, disait récemment Jean-Christophe Kugler, d’être le
premier constructeur automobile à s’installer industriellement en
Algérie, et de contribuer ainsi au développement d’une filière
automobile nationale.» Un va-et- vient incessant de techniciens et
d’experts des deux côtés a permis de définir les conditions de mise en
œuvre du projet et de recenser les difficultés à aplanir notamment la
mise à niveau des infrastructures de base environnantes, telles que le
port, les routes, le chemin de fer et l’aéroport d’Oran qui doit faire
face à de nouvelles exigences et l’analyse du marché de l’emploi. A cela
s’ajoute un long travail de prospection autour du secteur des
équipementiers, mené par un expert en la matière ayant contribué au
succès de la création d’un tissu de sous-traitants autour de l’usine
Dacia en Roumanie après sa reprise par le groupe Renault.
Montée en cadence progressive
On apprend que les premières prospections parmi les petites et
moyennes entreprises locales intervenant dans le secteur ont permis aux
experts de Renault d’identifier déjà une dizaine de sous-traitants en
mesure d’être mis à niveau selon les conditions et les attentes de
production du groupe et des contacts sont en cours avec une quinzaine
d’autres. L’accord de mercredi prévoit ainsi une montée en cadence de la
production de 25 000 unités/an (7 véhicules/heure) dans une première
phase pour atteindre progressivement le niveau de 75 000 unités/an (15
véhicules/h). M. Kugler ne manquera pas de souligner chaque fois que «le
plus important est de réussir» comme essayer de dépasser les points de
détail que des journalistes relevaient au passage. Et d’ajouter : «Nous
avons la même vision avec le partenaire algérien et le pacte a
suffisamment clarifié les missions des uns et des autres.» Rappelons que
le partage des actions s’est fait selon la règle des 49% pour Renault et
51% pour la partie algérienne divisée entre 34% pour la SNVI et 17% pour
le FNI. La future société disposera d’une structure de co-gestion pour
la prise de décision. Sur le volet de l’intégration, il a été précisé
par les responsables de Renault que celle-ci «sera atteinte grâce aux
investissements qui seront réalisés à l’intérieur de l’usine, tôlerie,
emboutissage et peinture mais aussi à l’extérieur de l’usine à travers
la mise en place du tissu de soustraitants local fort du concours et de
l’expertise de Renault». C’est aussi le besoin pressant d’organiser la
formation des différents personnels dans le centre de formation
technique situé dans la région de Oued-Tlélat et l’encadrement dans les
différentes usines du groupe en France et ailleurs.
La fierté de Renault
Un communiqué de Renault précise que «des équipes mixtes Renault,
SNVI et FNI travaillent depuis plusieurs mois à l’identification des
programmes de formation et à l’utilisation et au développement du centre
de Oued-Tlelat qui sera dédié aux métiers de l’automobile ». Les
opportunités d’emploi seront en tout état de cause considérables aussi
bien pour l’usine qui aura à recruter jusqu’à 400 employés que des
milliers qui le seront chez les sous-traitants, les transports, la
livraison, les services, le catering, etc…Abordant la question de
l’exclusivité de 3 années dont bénéficie Renault dès l’entrée en
production de l’usine, Jean-Christophe Kugler révèle que cette
disposition ne figure pas parmi les revendications de Renault, c’est une
décision du gouvernement algérien tout comme il a exclu tout accord
portant sur l’exclusivité de Renault pour la dotation des institutions
de l’Etat et des entreprises publiques en tous types de véhicules. La
production de l’usine ne se limitera pas à la seule Symbol mais sera
élargie à d’autres modèles des marques du groupe, Dacia et peut-être
Nissan ? En outre, ces produits «made in Algeria» seront probablement
favorisés par l’éventuelle reprise du crédit à la consommation réservé
exclusivement aux produits fabriqués localement. Le directeur des
opérations de la région Euromed-Afrique estime que le marché algérien
est en train de se hisser progressivement au 1er rang sur le continent
africain en devançant dans les prochains mois celui de l’Afrique du Sud.
Et il renouvellera à l’assistance son «plaisir et honneur d’avoir
participé à la signature de l’accord afin de développer une filière
automobile algérienne. Renault est fier d’être le premier constructeur
automobile à s’installer industriellement en Algérie».
B. Bellil

Categorie(s): le soir auto

Auteur(s): B. Bellil

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..