Abdelaziz Bouteflika au sommet de l’Union Africaine, “La paix, la sécurité… ensuite le développement”

Liberte; le Mercredi 31 Janvier 2007
3

Tout en saluant les efforts des dirigeants du continent en matière de démocratie, d’ancrage d’États de droit et de développement socioéconomique, le président de la République  a déploré la persistance, voire l’aggravation des conflits en Afrique.Faisant le point de tous les conflits qui secouent le continent africain ces dernières années, dans son discours sur la paix et la sécurité devant ses pairs de l’Union africaine, le président de la République a regretté que pendant que d’autres continents “œuvrent résolument au développement socioéconomique de leur population et s'emploient à leur garantir le bien-être et l'exercice de droits et libertés fondamentales”, l’Afrique “continue à être en prise à des problèmes d'une toute autre époque et ces stigmates, qui perdurent depuis trop longtemps pour certains, ne devraient plus constituer que des vestiges d'un passé douloureux”. En dépit de cet amer constat, le chef de l’État n’a pas manqué de mettre en valeur “les nombreuses actions et initiatives prises par l'Afrique en toute responsabilité ces dernières années dans le cadre de l'Union africaine”, qui “attestent bien de la prise de conscience de la nécessité d'une gestion rigoureuse et sans complaisance, dans le domaine crucial du maintien de la paix et de la sécurité continentales”. Abdelaziz Bouteflika a notamment relevé le contraste existant entre la volonté des dirigeants africains désireux de mener à bien le dessein grandiose du continent pour une “progression multiforme, principalement aux plans politique, d'ancrage de la démocratie et d'édification d'États de droit, et de développement socioéconomique, la situation au regard des questions de paix et de sécurité”, et la triste réalité marquée par “la persistance voire l'aggravation de conflits pour lesquels, pourtant, la mobilisation de notre continent, d'abord, et de la communauté internationale, ensuite, avait nourri l'espoir d'aboutissements heureux”. Il poursuivra en affirmant qu’“à l'évidence les résultats probants enregistrés dans ce domaine sont tout autant un signe manifeste de la pertinence des choix opérés, qu'une puissante incitation à la persévérance.Les réalisations fondamentales représentées d'abord par la mise en place du mécanisme de prévention, de gestion et de règlement des conflits, puis par l'installation du Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine marquent notre volonté de nous prendre en charge et d'inscrire notre engagement dans la tradition africaine qui me paraît la plus susceptible de favoriser les solutions politiques recherchées”. Énumérant les actions de l’UA pour régler les différents conflits, notamment celui du Soudan, de la Somalie, de la Côte-d’Ivoire et du Congo démocratique, entre autres, Abdelaziz Bouteflika affirmera qu’elles n’ont pas été vaines, pour preuve “le fait que le Conseil de sécurité des Nations unies ait souscrit aux conclusions de la consultation de haut niveau sur le Darfour d'Addis-Abeba et au communiqué de la 66e réunion du Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine constitue un témoignage probant de la qualité de la coopération de l'Union africaine avec le reste de la communauté internationale”.K. ABDELKAMEL

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..