Actualité, Drames

Liberte; le Lundi 5 Fevrier 2007
3

Si les autorités ont mis en place une stratégie répressive en vue de limiter des dégâts sur la route, il n’en reste pas moins que les retraits du permis de conduire ainsi que la mise en fourrière des véhicules n’ont pas réglé  le problème.Les chiffres des accidents de la circulation donnent froid dans le dos. Ils ont encore augmenté en 2006. Le nombre des victimes aussi. Et la facture. La tendance est toujours à la hausse comme s’il s’agit d’une course folle au suicide puisque dans presque la moitié des cas, l’accident est dû au facteur humain. D’année en année, la cote monte. Elle ne descend jamais. C’est une bourse surréaliste, mais elle fonctionne. Jusqu’à quand poursuivra-t-elle cette ascension macabre ?Qui en est responsable ? Les autorités ? L’état des routes ? Les dispositifs d’octroi et de retrait de permis ? L’état du parc automobile national qui grossit considérablement ? Les conducteurs ? Si les autorités ont mis en place une stratégie répressive en vue de limiter des dégâts sur la route, il n’en reste pas moins que les retraits du permis de conduire ainsi que la mise en fourrière des véhicules n’ont pas réglé le problème. Trois éléments sont pourtant nettement identifiés et qui sont en première position les causes d’accidents. L’humain avec sa fierté à enfreindre le code de la route et à imiter les héros de la F1, le parc automobile où se côtoient le vieux tacot avec une “faune” nouvelle, favorisée par la multiplication des marques et des gammes et les formules de paiement, et enfin le réseau routier qui évolue sans suivre le rythme du développement. Des facteurs qui ne peuvent être accordés sur simple recette magique. Et seules les méthodes répressives sont envisagées. Là aussi, les chiffres des verbalisations et des retraits du permis n’ont rien changé à la tendance meurtrière des routes. Les rares suggestions faites dans le sens de réduire ces chiffres comme la criminalisation de certains accidents ne semblent pas avoir encore trouvé d’écho. En attendant une véritable politique, la courbe continue de monter, de faucher au passage des vies et d’engendrer des pertes sèches.D. B.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..