Actualité, Objectifs inavoués

Liberte; le Jeudi 8 Fevrier 2007
3

Dans le cas de l’Algérie, Washington semble avoir tiré les leçons qui s’imposaient de la décennie noire traversée par l’Algérie. Les stratèges du Pentagone ne négligent nullement la capacité de nuisance de l’ex-GSPC devenu, entre temps, “l’organisation d’Al-Qaïda pour les pays du Maghreb”. Prenant très au sérieux les capacités de redéploiement d’Al-Qaïda, Washington s’attelle à renforcer sa présence militaire en Afrique pour traquer l’organisation de Ben Laden, même si la guerre déclenchée en Afghanistan fin 2001 contre les taliban n’a pas pu anéantir les réseaux salafistes. Bien au contraire, ils se sont redéployés à travers des régions comme le Sahel où ils ont tenté de s’implanter afin d’appuyer des groupes armés terroristes qui activent non seulement en Algérie, mais aussi en Tunisie, en Libye et au Maroc. Dans ce cadre, la décision du président Bush de réorganiser et de redéployer la présence US en Afrique, à travers la création avant fin 2008 d’un commandement unifié, dont la mission officielle est de promouvoir la paix, la sécurité et le développement dans ce continent, apparaît à première vue comme une sorte d’aveu d’échec d’une stratégie qui n’a pas apporté ses fruits. Si ce genre d’initiative montre la priorité accordée par les Américains dans la lutte contre le terrorisme dans toutes les parties du monde, il n’en reste pas moins que cette mesure s’inscrit pour la Maison-Blanche dans ce souci d’asseoir la présence US là où c’est possible. Dans le cas de l’Algérie, Washington semble avoir tiré les leçons qui s’imposaient de la décennie noire traversée par l’Algérie. Les stratèges du Pentagone ne négligent nullement la capacité de nuisance de l’ex-GSPC devenu, entre temps, “l’organisation d’Al-Qaïda pour les pays du Maghreb”. Les Américains craignent que la transformation du GSPC en filière d’Al-Qaïda pour le Maghreb ne soit, en fait, qu’une première étape d’une plus vaste opération visant à élargir les activités de la nébuleuse de Oussama Ben Laden vers d’autres parties de l’Afrique, le Sahel en particulier. En effet, le groupe a déjà donné un aperçu de son potentiel dans cette région que partagent plusieurs pays, dont l’Algérie. Opérant graduellement, les États-Unis étendent progressivement leur stratégie en Afrique, lieu de propagation de l’activité terroriste, en raison bien entendu des caractéristiques géographiques de la région, de l’étendue des frontières des pays concernés, ainsi que du manque de moyens logistiques de certains États qui traversent encore des crises économiques des plus aiguës. Mais, en même temps, la guerre en Irak et l’exécution de Saddam Hussein ont redonné un nouveau souffle aux terroristes et à leurs réseaux salafistes.K. A.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..