Après leur mise en congé forcé, Sit-in de travailleurs d’ArcelorMittal

Liberte; le Mercredi 1 Juillet 2015
111287

Mis en congé forcé par la direction, les travailleurs d’ArcelorMittal Pipes & Tubes Algeria (AMPTA) ont observé, lundi, devant la wilaya d’Annaba, un sit-in pour dénoncer la situation chaotique de l’entreprise. Les raisons : l’entreprise, totalement paralysée, n’est plus en mesure de garantir les salaires des employés et a besoin d’une véritable “chimiothérapie” pour sortir de l’impasse. Colère et écœurement des travailleurs lors du sit-in qui a coïncidé avec une réunion de l’Assemblée populaire de la wilaya (APW). “Le moins que l’on puisse dire : c’est le KO”, affirment des travailleurs, qui dénoncent leur direction. “Pour avoir opté pour une stratégie de fuite en avant, l’usure pernicieuse a complètement rongé ses rouages, pour le réduire aujourd’hui en un simple corps de pantin, un objet inanimé”, regrettent-ils. De son côté, la direction signale que suite au mouvement de grève déclenché le 22 avril 2015, la société se trouve entièrement à l’arrêt.
Le directeur général de l’Ampta, Salah Sachelfi, a expliqué à ce sujet que deux jugements, en référé, ont été rendus, les 4 et 13 mai 2015, en faveur de la société, ordonnant d'abord l'évacuation des lieux et la levée de toute entrave au travail, puis condamnant le syndicat de cesser la grève déclenchée jusqu'au jugement de l'affaire dans le fond et, par conséquent, la reprise du travail. Cependant, et malgré la teneur de ces jugements, une partie des travailleurs a décidé de ne pas redémarrer l'activité et poursuivre la grève mettant ainsi en péril l'avenir de la société.
Dans un communiqué sur la situation de l’entreprise rendu public, la direction signale que “l'arrêt prolongé de l'activité, durant cette phase critique, risque de faire perdre à la société des contrats importants actuellement en cours de négociation et de la mettre dans une situation de manque de plan de charge pour les années à venir. Cela veut dire que notre activité et notre société sont en danger et qu'il y a risque sur les postes de travail existants ! À court terme, la crise actuelle, aggravée par une anarchie accrue, ainsi que par l'arrêt total des activités de production et d'expédition, a mis la société, d'une part, dans une situation de perte de confiance avec ses clients traditionnels et, d'autre part, dans une situation de cessation de paiement comme déjà expliqué aux collectifs des travailleurs.
À rappeler que les travailleurs de l’ex-Tuberie Sans Soudure (TSS), détenue à 70% par le groupe ArcelorMittal et à 30% par l’État algérien représenté par Sider, en proie déjà à un grave déficit financier du fait du manque de débouchés pour les produits, sont entrés en grève générale et illimitée à l’issue d’un prévis de grève déposé après que la direction n’ait pu satisfaire leurs 22 points de revendications. À noter que faute de commandes de la part des clients traditionnels d’Ampta, en l’occurrence Sonatrach et Sonelgaz, les ateliers de cette unité ont été pratiquement fermés durant de nombreuses années. Cependant, ArcelorMittal Pipes & Tubes Algeria a pu décrocher, après de nombreuses tractations avec les responsables de ces entreprises, un plan de charge salutaire, mais, néanmoins, provisoire, parce que comportant des exigences très strictes en termes de qualité et de délais de livraison.

B. B.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): B. BADIS

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..