Attentat du 11 Avril 2007 contre le Palais du gouvernement, Le procès s’ouvre aujourd’hui

Liberte; le Mardi 13 Mars 2012
3

Reporté pas moins de cinq fois dont quatre en une année, le procès est enrôlé pour l’audience criminelle d’aujourd’hui. Finira-t-il par avoir lieu ?Le procès de l’affaire de l’attentat-suicide du 11 avril 2007, qui a ciblé le siège du Palais du gouvernement, s’ouvre aujourd’hui au tribunal criminel d’Alger. C’est du moins ce qui est prévu au programme de la session criminelle en cours et qui s’est ouverte le 4 mars dernier. Sauf imprévu, donc, l’affaire reportée cinq fois finira enfin par avoir lieu.L’un des principaux motifs qui poussait certains avocats à user de subterfuges juridiques pour contraindre le juge à ajourner le dossier a été levé. En effet, l’audience criminelle  aura lieu sous la présidence de Helali Tayeb et non de Benkherchi qui l’a renvoyée le 2 février dernier pour absence de certains membres du collectif de la défense qui, justement, usaient à maintes reprises de cette dérobade judiciaire pour éviter que l’affaire ne soit traitée par celui qui était connu pour son intransigeance et sa sévérité envers les groupes terroristes.Cette nouveauté incitera-t-elle la défense à se présenter au tribunal criminel pour ouvrir, enfin, le tant attendu procès et éviter un sixième report ? Ouvert pour la première fois, le 29 avril 2010, le dossier des attentats kamikazes du 11 avril 2007 a totalisé, depuis, cinq reports dont quatre ajournements prononcés en une année. 18 personnes, dont 8 détenues et 9 en fuite dont l'“émir” du GSPC, Abdelmalek Droudkel, cité dans plusieurs affaires d’attentats terroristes, sont poursuivies pour des chefs d'inculpation d'appartenance à un groupe terroriste, de participation à des actes terroristes avec usage d'explosifs et homicide volontaire avec préméditation et guet-apens. Bouderbala Fateh, alias Abou Bassir, “émir” de la phalange El-Feth d’Alger, qui faisait l’objet d’un mandat d’arrêt, qui s’est rendu aux autorités le 14 mars 2011, est considéré comme responsable direct présumé de cet attentat et celui qui a ciblé le siège de la sûreté urbaine de Bab-Ezzouar.Selon l’arrêt de renvoi, Bouderbala a reconnu avoir supervisé et dirigé par téléphone l'itinéraire des trois kamikazes qui étaient à bord de véhicules piégés qui se dirigeaient chacun vers une cible bien précise à savoir : le siège du Palais du gouvernement, la sûreté urbaine de Bab-Ezzouar et l’ambassade du Danemark. Selon ses dires, c’est lui-même qui leur avait donné l’ordre d’actionner leurs ceintures bourrées d’explosifs.
M B

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..