Au lendemain des résultats de l’examen, BEM : quel devenir pour les recalés ?

Liberte; le Lundi 6 Juillet 2015
111335

Si la régression des résultats par rapport à l’année précédente, 59,54%, et surtout 2012 avec 72,10% (meilleur taux durant les cinq dernières années), est expliquée, du côté du ministère de tutelle, par la difficulté du sujet des mathématiques, les syndicats, dans leur majorité, se sont abstenus de commenter ces résultats, à l’exception de certains qui y voient la preuve de l’“échec des réformes” de la tutelle, qui n’a pu atteindre ses objectifs. Mais, n’est-il pas trop tôt pour conclure à l’échec des réformes alors qu’elles viennent tout juste d’être entamées ? En tout état de cause, une halte est nécessaire pour faire une évaluation des résultats de l’examen, qui devrait échoir à une commission à laquelle serait convié le partenaire social. La finalité étant de relever les insuffisances du système éducatif, voire de poursuivre, sinon d’aller vers des réformes en profondeur, notamment pour revisiter les examens de fin d’année. La ministre n’a-t-elle pas annoncé dans ce sens, qu’il était temps de procéder à la révision du système d’évaluation à tous les niveaux ? Lors d’un forum, Mme Benghebrit a souligné la nécessité d’engager une réflexion pour mettre en symbiose l’institution avec les objectifs d’apprentissage, en affirmant en substance, que l’élève fréquente le chemin de l’école pour apprendre et non pour faire l’objet d’une épreuve-sanction. Elle a d’ailleurs affiché l’intention de supprimer la notation chiffrée pour les élèves de la première et la deuxième années primaires.    
En tout état de cause, plus que la baisse du taux de réussite, c’est le taux des recalés soit, 46% du nombre d’élèves, qui inquiète l’association des parents d’élèves. Ce à quoi répond également le ministère de l’Éducation en rappelant à l’adresse des malheureux candidats au BEM, au lendemain même des résultats, qu’il est possible d’accéder à la 1re année secondaire, grâce au dispositif qui consiste à calculer la moyenne annuelle de la 4e année moyenne plus la moyenne obtenue à l'examen BEM divisée par 2.
Quant à la question de l'orientation des admis vers les deux troncs communs sciences et technologies ou lettres de l'enseignement secondaire, cette orientation “s'effectue en tenant compte de certains critères. Il s’agit notamment du vœu formulé par l'élève, ses résultats scolaires et son classement par rapport au groupe ayant choisi le tronc commun voulu”. Il est également question, selon le ministère, des propositions des enseignants et du conseiller de l'orientation et de guidance scolaires et professionnelles ainsi que des places pédagogiques disponibles dans les lycées. Le ministère a fait savoir, par ailleurs, que les élèves recalés doivent choisir entre redoubler l'année s'ils n'ont pas dépassé l'âge légal de scolarité (16 ans), de s'inscrire aux cours par correspondance auprès de l'Office national d'enseignement et de formation à distance (Onefd) ou à une formation qualifiante auprès d'un centre d'enseignement et de formation professionnels.    

A .R.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Amar R

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..