Azouaou Mehmel, P-DG d’Algérie Télécom, lundi, au forum de “Liberté”, “Le basculement de l’ancien réseau, une des causes des perturbations”

Liberte; le Mercredi 8 Juillet 2015
111363

Lors de cette rencontre, l’invité a livré des explications concernant les coupures d’Internet et la fréquence des pannes techniques tout en faisant part de la modernisation de l'infrastructure à travers, entre autres, la généralisation de la fibre optique, l’extension de la 4G LTE et l’augmentation de la capacité de la bande passante internationale.

Les soirées ramadhanesques se poursuivent avec le Forum de Liberté qui a reçu, lundi, Azouaou Mehmel, P-DG d’Algérie Télécom. L’invité du forum a fait son “mea-culpa”, en toute humilité, concernant toutes les perturbations vécues fréquemment par les Algériens ces derniers mois. “Le basculement physique de l’ancien réseau au tout nouveau système avec la nouvelle numérotation du 021 au 023 est l’une des causes principales des perturbations en plus d’autres raisons que nous attelons à rectifier à fur et à mesure”, a-t-il reconnu.
Interpellé sur les dysfonctionnement récurrents, l’orateur s’est longuement expliqué en soutenant que “les opérations de maintenance et la modernisation des équipements n’y sont pas étrangères non plus”. Promettant des campagnes de proximité pour mieux informer les clients, ce qui est mené par AT (3 millions en téléphonie fixe et plus d’un million et demi d’abonnés ADSL), Mehmel a exprimé son inquiétude par rapport aux coupures du support sur le réseau de transport (fibre optique) qu’il faut localiser et réparer. “Cela nécessite du temps que le client ne peut pas forcément comprendre tout autant que les autres contraintes technologiques”.
Mehmel fait allusion au basculement d’une technologie à une autre qui n’a pas été accompagnée, parallèlement, par l’assainissement du réseau d’accès sans omettre d’aborder les agressions sur le réseau de fibre optique ou encore le vol des câbles en cuivre. Il ira jusqu’à reconnaître la difficulté pour AT de suivre l’évolution des plans d’urbanisme notamment sur des zones pavillonnaires. “Le rapport a changé. La nouvelle donne combine le téléphone avec Internet et les besoins évoluent”, a soutenu l’invité de Liberté, relevant par ailleurs : “Il faut en finir avec les pratiques et mentalités qui sont issues de l'ancien système. Nous voulons amener les employés à réfléchir et penser client et avoir la posture d'une entreprise commerciale. Pour cela, nous opérons une transformation au niveau interne à travers, entre autres, des formations et des mises à niveau. La tâche est ardue à plus forte raison que nous comptons 22 000 employés mais nous ne baisserons pas les bras”, tout en reconnaissant “les efforts fournis par tout le personnel”. C’est dire qu’Algérie Télécom, malgré un monopole de fait, n’échappe pas à la concurrence (3G mobile et prochainement 4G mobile) qui devrait l’inciter à anticiper sur l’avenir.
M. Mehmel parle alors de la généralisation de la fibre optique en terme d’Internet pour ce qui est de l’accès mais aussi pour ce qui est du contenu. Mais également la mise à niveau du réseau d’accès qui est le réseau capillaire (en cuivre).
Mehmel parle de la mise à niveau du système d’information et du système de facturation et l’introduction de nouveaux services à l’image du paiement en ligne qui est déjà opérationnel (via CCP) et l’hébergement (sites Internet pour les entreprises).  
 
Déploiement de la fibre optique : doucement mais sûrement
Il est clair que le salut d’AT réside dans le déploiement de la fibre otique qui constitue, d’ailleurs à l’heure actuelle, le cheval de bataille de l’entreprise. Mais la tâche semble ardue comme expliqué par Mehmel qui a procédé à une rétrospective de l’opération dont les débuts remontent aux années 1980 avec deux premières grandes liaisons In Salah-Tamanrasset (700 km).
Il y a eu ensuite la décennie noire qui a arrêté le processus avant de
reprendre son chemin à partir des années 2000. “Quand AT a commencé en 2002, nous étions à peine à 15 000 km pour nous retrouver aujourd’hui à 64 000 km”, soulignant au passage des problèmes d’approvisionnement qui n’ont pas manqué de se poser pour être réglés définitivement aujourd’hui et permettre à AT de réaliser, l’année dernière, 10 000 km de fibre optique et probablement 13 000 en 2015. “Ce qui nous intéresse, c’est d’aller avec une plus grande cadence mais malheureusement il n’y a pas assez de prestataires. C’est la raison pour laquelle nous nous sommes rapprochés de l’Ansej et encourager les porteurs de projet en leur garantissant un plan de charge. Mehmel n’a pas manqué, à l’occasion, de faire ressortir l’importance de la Data la qualifiant de “question stratégique” expliquant qu’“il y a des données que ne devons héberger que chez nous pour les sécuriser aux normes internationales” et saisir l’opportunité pour appeler à investir dans ce créneau.

Réorganisation des équipes d’intervention : 10 000 relèves de dérangement/jour
“Le client algérien est de plus en plus exigeant et Internet est devenu plus important que l'eau et l'électricité et nous comprenons les pressions que nous subissons car cela cause des désagréments mais il faut relativiser car le parc évolue de façon exponentielle et beaucoup d’efforts sont faits”, a déclaré M. Mehmel avançant un taux de dérangement de l’ordre de 5% par rapport au parc d’abonnés avec une tendance à la baisse. Cela implique une moyenne de 45 000 signalisations de pannes traitées par jour avec des taux de relève de dérangement de 10 000 quotidiennement.
Pour remédier à cet état de fait, AT s’emploie à assainir le réseau en plus de la réorganisation des équipes d’intervention car les usages ont changé (téléphonie et Internet) et les comportements aussi. Il a été question aussi de la problématique des coûts qui sont justifiés, selon l’orateur par “l’étendue du pays et l’importance du réseau”.
Sur un autre chapitre, M. Mehmel s’est expliqué sur le fait d’être accusé par certaines parties de ne pas respecter les dispositions du décret exécutif 02-156 de 2002 fixant les conditions d’interconnexion des réseaux et services de télécommunications et de ne pas tenir une comptabilité analytique et de commenter : “Je comprends que cela soit une préoccupation des opérateurs VoIP pour ce qui est des liens d’interconnexion mais il faut savoir qu’un réseau comme celui qu’opère AT est un réseau étendu sur tout le territoire national. Nous avons une comptabilité même si elle n’est pas analytique et ne va dans le détail mais il ne faut pas perdre de vue que nous sommes en train de déployer des infrastructures. En termes d’effectif, il n’est pas évident de dire que nous sommes en sur ou sous-effectif par rapport à l’étendue du territoire”.
Difficile pour Mehmel de convaincre sur ce point précis d’autant plus qu’une offre comparative entre Algérie Télécom et France Télécom sur le même produit (STM16) et le même circuit (WDM) démontre qu’AT est de loin plus cher en le proposant à 13 millions de dinars mensuellement alors que France Télécom le propose à 16 000 euros/mois…     

   
N. S.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Nabila Saidoun

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..