Campagne “Consommons algérien”, La réaction des bénéficiaires potentiels se fait attendre

Liberte; le Samedi 27 Juin 2015
111239

En dépit du lancement officiel en mai de la campagne “Consommons algérien”, la réaction des bénéficiaires potentiels de cette opération (consommateurs et producteurs) se fait attendre, relève l’enquête mensuelle “Baromètre des chefs d’entreprise”, publiée par le Forum des chefs d’entreprise (FCE). L’organisation patronale évoque, notamment, “l’absence des dispositifs réglementant et encadrant le crédit à la consommation, notamment, le décret exécutif définissant les conditions d’éligibilité des entreprises et des produits, ainsi que les modalités d’octroi du crédit aux consommateurs éligibles, la Centrale des risques, les taux d’intérêts qui seront appliqués par les banques, etc.”. Selon l’enquête du mois de mai 2015, “les commandes locales ont baissé alors que les stocks ont augmenté”. Les indicateurs passent de -23 d’avril à -29 en mai pour les commandes locales et de 5 à 9 pour les stocks des produits fabriqués.
La baisse des commandes locales et la hausse des stocks ont tiré vers le bas l’indice de confiance global des chefs d’entreprise qui passe de -6 en avril à -9 en mai, soit un baisse de
3 points, constate l’organisation patronale.  Pour rappel, la campagne “Consommons algérien”, la 3e du genre après celles de 2003 et 2009 initiées par le Forum des chefs d’entreprise, vise, entre autres objectifs, à booster à la fois la demande des consommateurs (ménages et collectivités) et l’offre des producteurs en biens locaux. Dans les régions géographiques, la plus forte régression de l’indice de confiance est enregistrée par la région ouest avec un indice qui repasse dans la zone négative (il passe de 7 en avril à -1 en mai). Elle est suivie de la région de l’Est où règne un climat morose depuis janvier 2015 ; l’indice de confiance correspondant, la zone négative depuis janvier, a atteint le niveau le plus bas en mai avec -12 contre -7 en avril, soit une baisse de 5 points. Le mois de mai est caractérisé également par une forte chute des indicateurs des industries agroalimentaires. L’indice pour les industries agroalimentaires a baissé de 20 en avril à -3 au mois de mai dernier. Celui du bâtiment, des travaux publics, de l’hydraulique (BTPH) a chuté de 19 à 6 durant la même période. Par ailleurs, le Conseil exécutif du Forum des chefs d’entreprise s’est réuni jeudi. L’ordre du jour a porté sur, notamment, le bilan d’activité du 1er semestre de l’année en cours et qui a été marqué par d’intenses activités. Le communiqué du FCE rappelle qu’en matière de dialogue avec les pouvoirs publics, l’organisation patronale a eu 14 réunions de concertation avec différents ministères. Deux importantes rencontres ont été également organisées. La première à l’occasion de la Journée nationale de l’étudiant et la seconde en coordination avec l’APN. Sur le plan de la coopération, le Forum a reçu, à leur demande, plusieurs ambassadeurs. Aussi, le président du FCE, Ali Haddad, a conduit des délégations d’hommes d’affaires aux USA, en Italie, en France, aux Émirats arabe unis, au Sénégal… Par ailleurs, la réunion du Conseil exécutif du FCE a passé en revue le projet de programme d’activité du 2e semestre. Il sera notamment question de l’organisation d’une nouvelle édition “Journée de l’entreprise” et d’ateliers thématiques.

M. R.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rabhi Meziane

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..