Elle accuse une “oligarchie prédatrice”, Hanoune : “Le danger interne ouvrira la porte au danger externe”

Liberte; le Mardi 30 Juin 2015
111284

Louisa Hanoune s’est encore une fois attaquée violemment, hier, à l’“oligarchie prédatrice” qui s’est formée sous le règne de Bouteflika qu’elle a, quant à lui, habilement épargné. S’exprimant à l’occasion d’une cérémonie de célébration du 25e anniversaire de la fondation du Parti des travailleurs (PT), elle a, en effet, insisté, tout au long de son discours, sur l’“urgence” de barrer la route à cette oligarchie qui, selon elle, constitue le danger interne réel qui ouvrira la porte au danger externe. “Si on ne fait rien pour stopper l’oligarchie et lutter efficacement contre la corruption et tous les maux qui rongent la société et former un front intérieur, le pays risque de s’effondrer. Car le danger interne ouvrira la porte au danger externe qui plane sur le pays”, a-t-elle martelé.
Elle fait allusion aux puissances mondiales qui, selon elle, exerceraient des pressions terribles sur l’Algérie “ceinturée” par les crises régionales. Louisa Hanoune reproche, néanmoins, au président Bouteflika de ne pas tenir sa promesse, faite en 2011, pour l’engagement d’un processus de réformes politiques. “Nous avons pendant 10 ans attiré l’attention du Président sur la nécessité d’aller vers des réformes profondes. Chose qu’il avait fini par accepter et annoncer en 2011 avant de réitérer son engagement lors de la cérémonie de sa prestation de serment au lendemain de son élection pour un 4e mandat. Mais à ce jour, rien n’est encore fait”, regrette-t-elle. D’où sa décision prise pour, désormais, changer de tactique. “Le processus de réformes tarde toujours à être lancé. Pire, la corruption s’est davantage généralisée. Aujourd’hui, la donne a changé et notre tactique aussi. Le comité central du parti vient de décider de s’orienter vers le peuple”, a annoncé Louisa Hanoune à l’occasion de cette célébration tenue à la salle de la bibliothèque communale de Belfort (El-Harrach). Le PT compte ainsi relancer ses comités populaires qu’il avait déjà expérimentés en 2011. Louisa Hanoune aurait-elle décelé que le jeu est hermétiquement fermé au sommet de l’État pour se tourner vers le peuple ? C’est ce qu’elle a, du moins, laissé entendre en jugeant que la situation connaît un “basculement dangereux et sans précédent !”.
Selon elle, aujourd’hui et plus que jamais, des indices montrent clairement la velléité des cercles de décision de réhabiliter le système du parti unique ou, ironise Mme Hanoune, “le système des khemassa”. Abordant, par ailleurs, l’attentat terroriste de Sousse qui vient d’endeuiller le peuple tunisien, Mme Hanoune, qui a réitéré sa conviction que Daech tout comme Al-Qaïda auparavant sont une création américaine, a repris à son compte la thèse du “complot américain”. La recrudescence des attentats dans ce pays voisin, estime-t-elle, serait dictée par la velléité des USA qui chercheraient à y installer des bases militaires. Face à la menace de Daech qui plane aussi sur l’Algérie, Louisa Hanoune appelle les décideurs à rendre la parole au peuple à même de renfoncer le front intérieur.

F.A.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Farid Abdeladim

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..