Hachemi Djiar à propos de l’ouverture du champ de l’audiovisuel, “Il ne faut pas se comparer aux pays voisins”

Liberte; le Jeudi 18 Janvier 2007
3

Le ministre de la Communication, M. Hachemi Djiar, a indiqué hier à Alger, que l’ouverture du champ audiovisuel n’est pas inscrite à l’ordre du jour. Intervenant en marge de la sortie de la promotion d’ingénieurs de l’établissement publique de télédiffusion d’Algérie (TDA), Djiar a expliqué que “l’ouverture du champ audiovisuel en Algérie n’est pas à l’ordre du jour”, estimant qu’il “ne faut pas se comparer aux pays voisins lesquels n’ont pas vécu les mêmes crises que l’Algérie a connues”. Tout en affirmant que l’Algérie “a accumulé un retard dans ce domaine, compte tenu des crises qu’elle a traversées”, il a indiqué que “pour le moment, la priorité des priorités, est de former et de mettre à niveau nos compétences afin de préparer notre pays à faire face à une concurrence de plus en plus rude”. En ce sens, il a estimé que “chaque chose doit intervenir en son temps” et que “l’Algérie n’est pas encore disposée à ouvrir son champ audiovisuel”. M. Djiar a ainsi fait un parallèle avec l’ouverture du secteur économique à la fin des années 1980 et au début des années 1990, jugeant qu’“il ne faut pas commettre les mêmes erreurs dans un secteur aussi sensible et important que l’audiovisuel”, relevant ainsi que “les entreprises économiques se sont écroulées une par une”. À cet effet, il a ajouté qu’avant de penser à “l’ouverture”, il est nécessaire de “préparer les compétences et former les ressources humaines qualifiées, ce qui exige du temps”, a-t-il dit. Il a précisé que cela ne concerne pas uniquement l’audiovisuel mais tout le secteur de la presse, soulignant que le président Bouteflika, insiste sur l’intérêt des ressources humaines car, a-t-il précisé, “l’argent et les moyens matériels à eux seuls ne suffisent pas, et qu’il faut plutôt investir dans les ressources humaines”. Évoquant la télévision numérique terrestre (TNT) qui sera “lancée prochainement”, il a relevé que “la TNT ouvre de nouvelles perspectives dans la programmation et la production”, précisant qu’“il ne suffit pas de lancer de nouvelles chaînes de télévision thématiques mais surtout produire en termes qualitatifs”.Affirmant que “la volonté politique existe avec la décision du président de la République de créer un ministère de la Communication en 2004”. M. Djiar a souligné que “ce ministère n’est pas là pour régenter ou encadrer la presse d’une manière générale mais pour développer le secteur”. Pour le ministre de la Communication, “la liberté de la presse est consacrée en Algérie et la consolidation du processus démocratique est mentionnée, noir sur blanc, dans le programme du président de la République”. M. Djiar a cependant ajouté qu’il faudra toutefois “éviter l’anarchie et travailler dans le sens du respect de la déontologie professionnelle laquelle reste fondamentale”. “On n’a pas d’autres choix que de réussir et cela passe par le travail et la production”, a-t-il conclu.R. N.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..