Harcèlement moral en milieu professionnel, Le calvaire d’une femme cadre ciblée par son directeur

Liberte; le Lundi 12 Mars 2012
3

Dans le milieu professionnel, des voix s’élèvent pour dénoncer le harcèlement moral, plus précisément le harcèlement hiérarchique. Ce phénomène, source de souffrance, est très mal vécu par les victimes ; celles-ci font l’objet de vexations, de “tentatives d’avilissement” de leur supérieur hiérarchique, de sanctions et, à défaut de démission des concernées, de licenciements. Cette conduite abusive du responsable hiérarchique porte atteinte à la dignité et à l’intégrité physique (ou psychologique) de la personne, tout en mettant en péril l’avenir professionnel de cette dernière. C’est le cas d’une jeune femme, Nacéra M., victime de ce type de harcèlement. Dans une lettre envoyée à Liberté récemment, cette dernière se définit comme une jeune universitaire, titulaire d’une licence en sciences physique/chimie, qui travaille dans une succursale d’un concessionnaire auto à Oran, depuis le 29 mai 2006. Recrutée alors en tant que cadre commercial, Nacéra précise qu’elle a fait ses preuves au niveau de sa filiale et prouvé ses compétences “au point d’être classée meilleure vendeuse”. Pourtant, tout va basculer pour elle depuis que son directeur hiérarchique l’a “prise pour cible et soumise à un odieux harcèlement moral”, et ce, au vu et au su de tous ses collègues “confinés dans leur confortable lâcheté”. Selon elle, les ennuis ont commencé par le changement de son statut initial, passant de cadre commercial à cadre administratif, pour être finalement reléguée aux archives. Nacéra affirme que, depuis cinq ans, elle subit toutes sortes de brimades, vexations, insultes et discriminations. Dans les différents courriers qu’elle a adressés, notamment à la direction générale de son entreprise, sise à Alger (Bab-Ezzouar) et à l’inspection du Travail, et dont une copie a été transmise à notre journal, la jeune femme fait part clairement des discriminations dont elle a fait l’objet. Elle soutient, en effet, qu’elle a été privée de primes acquises par ses performances de vente pendant son activité au show-room. Elle révèle aussi qu’elle s’est vu refuser le fractionnement de ses congés, souhaité par elle en prévision d’un rendez-vous médical, la contraignant de liquider ses droits en une seule fois, alors que la loi permet le fractionnement des droits à congés en trois parties. Pire encore, Nacéra n’a pas été concernée par les augmentations salariales dont ont bénéficié pourtant ses collègues. Concernant la réaction passive du P-DG, la jeune femme pense que ses courriers “sont escamotés avant leur destination, l’idée que le P-DG ne réagisse pas à mes écrits ne m’effleurant pas l’esprit”. Quant à l’attitude de l’inspection du Travail, elle estime que celle-ci “a traité la question de façon aussi partiale que tragiquement cocasse”. Mais, ne sachant plus à quelle institution ou structure légale/administrative s’adresser, Nacéra a saisi le wali d’Oran (par lettre), dans l’espoir, dit-elle, de se protéger contre ce “directeur roitelet”. Avant de recourir aux associations féminines. Il faut savoir que Nacéra M. est originaire d’une petite ville, au sud-ouest de l’Oranie. Chaque jour, elle doit effectuer 140 km pour se rendre à son travail, à Oran. Pour cela, elle doit sortir de très bonne heure le matin et rentrer tard chez elle le soir car, comme elle l’explique elle-même. “Je n’ai d’autres choix que de garder mon emploi par nécessité, issue de famille modeste, père et mère paraplégiques à ma charge”.Aujourd’hui, la jeune femme est extrêmement fragilisée. Mais, elle est soutenue par un avocat, confié par les soins des associations féminines, particulièrement l’Ovif. Celui-ci devrait rencontrer prochainement le P-DG de l’entreprise pour lui soumettre le cas de Nacéra. Mais, si l’on en croit la jeune femme, les choses semblent bouger, depuis quelques jours, du côté de l’employeur. Celui-ci cherche-t-il à étouffer l’affaire dans l’œuf ou est-il vraiment décidé à rendre justice à son employée ? Affaire à suivre.
H A

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..