Il courtise les jeunes à Tizi Ouzou, Belkhadem vante “la démocratie” du FLN

Liberte; le Samedi 3 Mars 2012
3

Le premier responsable du FLN a ouvert, hier, le bal de la campagne électoralie à Tizi Ouzou où il a animé un meeting à la maison de la culture Mouloud-Mammeri.“Nous n’avons de leçon à recevoir ni des démocrates ni des islamistes tant le FLN est un parti démocratique qui agit dans le cadre du respect des principes de l’islam”, a déclaré Abdelaziz Belkhadem, hier, à Tizi Ouzou.Pour mieux convaincre du caractère démocratique du FLN, les centaines de jeunes conviés au meeting qu’il a animé hier à la maison de la culture Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou, M. Belkhadem, qui a ainsi ouvert le bal de l’agitation électoraliste, a expliqué que “ceux qui disent que le FLN n’est pas un parti démocrate n’ont qu’à consulter son acte de naissance, à savoir la proclamation du 1er Novembre 54 et doivent savoir que le débat contradictoire est consacré en son sein depuis le congrès de la Soummam”.“À ceux qui disent que le FLN est le symbole de la pensée unique, je répondrai qu’on n’a jamais passé à l’échafaud ou même exclu quelqu’un qui nous contredit”, ajoutera encore le secrétaire général du FLN, rappelant que son parti ne s’est opposé au pluralisme ni en 1988 ni durant les années 1990 ni à présent que de nouveaux partis viennent d’être agréés. M. Belkhadem s’est défendu également du penchant islamiste dont son parti est souvent accusé. “Le FLN n’est pas un parti islamiste mais un parti qui agit en respect des principes de l’islam qui est la religion de tous les Algériens”, dira-t-il.Abordant l’actualité, à savoir les élections législatives du 10 mai prochain, M. Belkhadem dira que son parti est “le premier à plaider pour des élections transparentes”, mais ne manquera pas d’égratigner les nouveaux partis agréés, déclarant que “beaucoup de gens croient qu’il suffit d’un agrément et d’un siège pour gagner la bataille électorale”.“Ce qu’il faut, ce sont des hommes et des femmes intègres et propres”, dira-t-il, non sans laisser entendre qu’il n’y a qu’au FLN qu’on peut les trouver. Ce qui a d’ailleurs fait rire plus d’un parmi l’assistance composée majoritairement de jeunes dont le FLN s’est subitement rappelé l’existence, élection oblige.À ces jeunes que le FLN veut d’ores et déjà sensibiliser et mettre au service des élections, M. Belkhadem a consacré le gros de son discours.Tout en s’attaquant à ceux qui noircissent le tableau du pays et font ainsi désespérer les jeunes qu’ils incitent à devenir des harragas, M. Belkhadem invite les jeunes, particulièrement de Kabylie, à ne pas cesser de croire en leur pays, à participer à son développement et surtout “à ne pas céder devant les slogans appelant au changement”. Concernant ce dernier point qui ne manque pas de tarauder les esprits des tenants du pouvoir depuis le début des révoltes arabes, M. Belkhadem a suggéré aux jeunes de s’intéresser au devenir de ce qui était des révoltes de jeunes dans les pays voisins.“À vous de résister à ceux qui veulent toucher à l’unité nationale et ceux qui jouent sur la fibre de la singularité de la région de Kabylie”, lancera, allusion faite au MAK, le secrétaire général du parti dont les députés ont voté toutes les lois qui s’inscrivent en porte-à-faux avec les aspirations de cette même jeunesse qu’il sensibilise aujourd’hui à l’effet de jouer un rôle important dans les élections prochaines. Jouant même sur la fibre identitaire, Abdelaziz Belkhadem n’a pas manqué l’occasion de son déplacement à Tizi Ouzou pour déposer une gerbe de fleurs à la mémoire de l’illustre écrivain Mouloud Mammeri, celui-là même que le FLN censurait et diffamait de son vivant.
S L

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..