Ils exigent du directeur de cette entreprise d’honorer ses engagements , Les ex-otages du bateau “MV Blida” se rassemblent devant le siège d’IBC

Liberte; le Mardi 13 Mars 2012
3

Drir Smaïl, 52 ans, originaire de Dellys, cuisinier du vraquier, se trouve dans un état dépressif. Ce père de quatre enfants s’est présenté hier à notre bureau, accompagné de son fils aîné, pour lancer un SOS au président de la République, lui demandant son intervention. “Je n’ai pas d’argent pour acheter les médicaments qui m’ont été prescrits par le psychiatre de l’hôpital d’Aïn Naâdja”, affirme Smaïl, qui arrive difficilement à retenir ses larmes, mais qui nous exhibe la dernière ordonnance délivrée par son médecin traitant. “Regardez, je suis devenu malade à cause de cette affaire et mon état de santé risque de s’aggraver”, ajoute-t-il. Sur l’ordonnance délivrée par l’hôpital d’Aïn Naâdja, il est bien mentionné que l’intéressé est dans un “épisode dépressif majeur”, nécessitant un traitement régulier. Cependant, faute d’argent et de travail, Smaïl, qui n’a que 52 ans mais qui paraît en avoir 65, craint pour son devenir et celui de ses enfants. “Si je suis venu chez vous, c’est parce que la situation est grave. Je n’ai ni salaire ni travail et j’ai une famille à nourrir, alors que moi-même, je suis en traitement pour des problèmes psychiatriques”, poursuit l’ancien cuisinier de “MV Blida” qui tente, encore une fois, de dissimuler ses larmes. Par ailleurs, les ex-otages de l’équipage du vraquier battant pavillon algérien, “MV Blida”, et une cinquantaine de salariés de l’entreprise mixte International Bulk Carriers (IBC) se sont rassemblés, hier matin, devant le siège de cette entreprise pour exiger l’application des engagements décidés par le ministre des Transports. “Nous sommes là pour exiger du directeur général d’IBC d’honorer les engagements décidés en sa présence lors de la réunion tenue au siège du ministre des Transports”, a indiqué Nafaâ Hannouche, mécanicien à bord de “MV Blida” et ex-otage. En plus des indemnités, les marins demandent leurs arriérés de salaires, leur dédommagement ainsi que les cotisations sociales. “Ces revendications ont été prises en charge et le ministère des Transports s’est engagé à les satisfaire lors de cette réunion qui a regroupé l’inspecteur général du ministère des Transports, le directeur de la marine marchande, ainsi que le directeur général d’IBC”, ajoute M. Hannouche. “Depuis notre libération, le 13 novembre 2011, nous n’avons reçu aucune indemnité, ni le versement des 14 mois de nos salaires”, affirme un autre marin. Le syndicat des marins s’est entretenu hier avec les responsables d’IBC pour tenter de désamorcer ce conflit qui dure depuis plusieurs mois. Mais aucun accord n’est intervenu pour le moment, alors que les manifestants ont décidé de reconduire leur mouvement de protestation, aujourd’hui mardi, devant le siège du ministre des Transports.
M. T.

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..