Inscriptions collectives de militaires dans certaines wilayas, La Cnsel opte pour une commission d’enquête

Liberte; le Samedi 10 Mars 2012
3

Les membres de cette commission vont se rendre dans les wilayas où cette “irrégularité” a été constatée, suite à quoi ils saisiront les autorités concernées. La polémique née de l’inscription, après les délais, de plusieurs dizaines de milliers de membres de l’ANP ne cesse d’enfler, surtout que certains partis ne veulent pas lâcher prise, notamment le PT qui en a fait son cheval de bataille, en revenant à la charge plusieurs jours après l’éclatement de l’affaire. Même son de cloche chez les représentants de partis politiques formant la Commission nationale de surveillance des élections législatives (Cnsel).Ainsi, un membre de la commission nous a informé que la majorité écrasante des membres de la commission ont voté “pour une commission d’enquête sur les inscriptions des militaires en masse sur le fichier électoral”. Selon ce dernier, la commission d’enquête “va mener ses investigations dans toutes les wilayas où ce genre d’irrégularités ont été signalées”, sans préciser toutefois quels sont les moyens mis à la disposition de cette commission d’enquête ni ses membres. Pour rappel, la Cnsel avait gelé ses travaux pendant trois jours pour contester, entre autres, “contre le manque de moyens logistiques dont elle souffrait” et “l’inscription de 33 000 militaires en masse dans la wilaya de Tindouf après expiration des délais”. Toujours sur ce point, on laisse entendre que lors de la réunion de la commission, certains membres auraient proposé “des manifestations publiques et le retrait de tous les membres”, dans le cas où le rapport de la commission d’enquête ne serait pas pris “au sérieux”. Notre source a ajouté que “les membres de la commission se sont mis d’accord, toutefois, sur la saisine de toutes les institutions du pays, à savoir la Présidence, le Premier ministère, la Justice, l’Intérieur… à propos de cette affaire”. En ajoutant que  “d’autres inscriptions en bloc de plusieurs milliers de militaires ont été signalées dans plusieurs autres wilayas” et que la commission d’enquête diligentée par la Cnsel “se rendra incessamment dans toutes ces localités pour vérifier la véracité des faits reprochés à l’administration”. Par ailleurs, Mohamed Seddiki, président de la Cnsel, a déclaré que la commission installerait dès cette semaine les sous-commissions de surveillance des élections dans toutes les wilayas.“La Cnsel procédera à partir de demain (dimanche, ndlr) à l'installation de ses sous-commissions de wilaya de surveillance des élections”, a-t-il informé. M. Seddiki a confirmé, par ailleurs, que le ministère de l’Intérieur avait “mis à la disposition de la Cnsel tous les moyens logistiques stipulés par la loi afin de garantir le bon déroulement de ses activités”. Pour information, la loi relative au régime électoral stipule dans son article 187 que la commission bénéficiera de tous les moyens logistiques pour accomplir sa mission. Dans un autre registre, M. Seddiki a démenti, “d’une manière formelle”, l’information faisant état d’une demande des membres de la commission qu’il préside “d’une quelconque rémunération”.
M M

Categorie(s): actualité

Auteur(s): Rédaction nationale

Commentaires
 

Vous devez vous connecter avant de pouvoir poster un commentaire ..